BFM Business

Retraites: la réforme va-t-elle être réformée?

Les députés PS veulent amender la réforme présentée par Jean-Marc Ayrault

Les députés PS veulent amender la réforme présentée par Jean-Marc Ayrault - -

Les députés examinent à partir de ce lundi 30 septembre la réforme des retraites présentée par Jean-Marc Ayrault. Durant la discussion, le PS espère obtenir plusieurs aménagements au texte.

C'est le début du marathon parlementaire pour la réforme des retraites. Ce lundi 30 septembre, les députés vont entamer en commission l'examen du texte adopté le 18 septembre en Conseil des ministres.

Une étape essentielle puisque c'est lors de cet examen que le gouvernement pourrait accepter des modifications au texte initial dès lors qu'elles ne remettent pas en question l'équilibre du texte. Beaucoup de parlementaires socialistes souhaitent en tout cas adoucir la réforme.

Au total, près de 300 amendements ont été déposés par la majorité comme par l'opposition. Quelles sont donc les changements qui pourraient finalement intervenir durant le vote?

Revalorisation au 1er octobre

La principale revendication des socialistes concerne le report de janvier à octobre de la revalorisation des pensions prévue dans le texte.

Si le gouvernement veut exclure les titulaires du minimum vieillesse de cette mesure d'économie (800 millions attendus en 2014), le PS va proposer d'exempter les titulaires de retraites en dessous d'un certain seuil de revenus (qui pourrait être l'équivalent du Smic).

Davantage pour la pénibilité

Second front sur lequel le gouvernement pourrait lâcher du lest : la pénibilité. Le projet de loi prévoit la mise en place à compter de 2015 d'un compte personnel pénibilité pour ceux ayant eu des carrières pénibles. Selon le projet, les salariés de plus de 57 ans doivent bénéficier d'une bonification de pension. Cet âge pourrait être avancé à 55 voire 52 ans pour satisfaire le PS.

A l'inverse, les salariés proches de la retraite et qui n'auront donc pas le temps d'accumuler assez de points sur leur compte pénibilité pourraient également obtenir une bonification spéciale.

Sur ce dossier, le gouvernement pourrait d'autant plus se montrer conciliant avec les parlementaires socialistes que ce sont les entreprises qui vont payer en grande partie le coût de la pénibilité.

Coup de pouce aux jeunes

Les parlementaires socialistes veulent aussi faire un geste en direction des étudiants. Si le projet prévoit déjà un mécanisme destiné à valider des trimestes pour prendre en compte des années d'étude ou d'apprentissage dans le calcul des retraites, le gouvernement pourrait acepter d'aller au delà.

Le rachat de trimestre par des étudiants pourraient ainsi être plus généreux. Les stagiaires pourraient également obtenir la validation de trimestres, ce qui n'est pas prévu dans le projet initial.

Tout le problème sera de financer ces améliorations au texte. En clair que celles-ci n'impactent pas les 7 milliards d'euros d'économies annuelles prévues par la réforme.

Patrick Coquidé