BFM Eco

Réforme des retraites: qui participera à la grève le 5 décembre

Les trois principaux syndicats de la SNCF (CGT, Unsa et SUD-Rail) appellent à une grève reconductible à partir du 5 décembre de même que les trois syndicats représentatifs de la RATP (Unsa, CGT et CFE-CGC).

Les trois principaux syndicats de la SNCF (CGT, Unsa et SUD-Rail) appellent à une grève reconductible à partir du 5 décembre de même que les trois syndicats représentatifs de la RATP (Unsa, CGT et CFE-CGC). - Stéphane de Sakutin-AFP

Les salariés des transports et des services publics seront en première ligne dans la contestation contre la réforme des retraites, le 5 décembre prochain. La mobilisation à venir ne concerne toutefois pas tous les syndicats, la CFDT (sauf la CFDT-Cheminots) et la CFTC restant pour l'instant à l'écart du mouvement social.

Un vaste "mouvement social" opposé à la réforme des retraites va-t-il se révéler à l'occasion de l'appel à la grève du 5 décembre? C'est l'espoir nourri par plusieurs syndicats des transports publics à commencer par ceux de la RATP puisque l'appel à la grève de décembre a pour origine l'arrêt de travail massif qui a paralysé les transports franciliens (métro, RER, bus, tramway) le 13 septembre dernier.

Le mouvement social dans les transports publics le 5 décembre "va être très fort", a prédit la semaine dernière le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, rappelant que son syndicat appelait à des grèves reconductibles.

La forte mobilisation prévisible à la RATP et à la CGT est motivée par la remise en cause des régimes spéciaux de retraite avec des départs des roulants notamment à partir de 52 ans, dans ces deux entreprises publiques. Les salariés et leurs syndicats contestent en bloc le projet de réforme, qui prévoit un système universel à points à partir de 2025, ce qui raboterait, selon eux, les avantages conséquents dont ils disposent actuellement.

Fin du calcul sur les 6 derniers mois de traitement?

De leur côté, la CGT, FO, la FSU et Solidaires et quatre organisations de la jeunesse (Unef, UNL, MNL et FIDL) ont appelé ensemble en octobre dernier à une "première journée de grève" le 5 décembre, rejoignant plusieurs syndicats de la RATP et de la SNCF. Ces syndicats, implantés dans la fonction publique, sont aussi vent debout contre la réforme à venir. Selon eux, elle remet en cause le calcul des pensions sur le traitement des 6 derniers mois propre aux carrières des agents publics. Son remplacement par un calcul des droits à le retraite sur toute la carrière risque, selon ces syndicats, d'abaisser nettement le montant des pensions à venir.

Les appels se sont étoffés depuis, avec des syndicats d'Air France, d'avocats (Conseil nationale des barreaux), mais aussi des "gilets jaunes". Voici le détail de la mobilisation syndicale dans les principaux secteurs des transports et des services publics.

-SNCF:

Les quatre principaux syndicats de la SNCF (CGT, Unsa, SUD-Rail, CFDT-Cheminots) et FO-Cheminots appellent à une grève reconductible à partir du 5 décembre contre la réforme des retraites. La CFDT-Cheminots a été la dernière à se décider, le jeudi 21 novembre, en déposant un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre, à la suite d'une réunion infructueuse avec le secrétaire d'État au Transport Jean-Baptiste Djebbari et le Haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye.

-RATP:

Les trois syndicats représentatifs de la RATP (Unsa, CGT et CFE-CGC), suivis par trois autres, appellent aussi à une grève reconductible

-Transports routiers:

FO Transports et Logistique qui fédère une partie des chauffeurs routiers a rejoint l'appel à la grève. La CGT et FO appellent plus généralement à une grève illimitée dès le 5 décembre dans le transport urbain et routier de voyageurs, de marchandises, de fonds. Un appel qui concerne également les ambulanciers, déménageurs ou les taxis. "On fait ce qu'il faut pour que ce soit suivi", a indiqué Patrice Clos de FO Transports et Logistique. "Pour le transport urbain et le transport routier de voyageurs, des notifications avant préavis de grève, assez nombreuses, ont été déposées", par exemple "à Lyon, Montpellier, Bordeaux", a-t-il précisé. Dans le privé, aucun préavis n'est nécessaire.

- Air France:

les syndicats de pilotes et ceux des hôtesses et stewards n'appellent pas à la grève. Le syndicat FO Air France, premier syndicat des personnels au sol, a déposé un préavis de grève reconductible et a appelé les salariés à rejoindre le mouvement de grève tout comme la CGT. De son côté, SUD-Aérien veut mobiliser le 5, en scandant "ni retraite à points, ni droits en moins". Dans ces conditions, plusieurs aéroports pourraient enregistrer des retards ou des vols annulés. On s'attend ce que la CGT Air France rejoigne aussi le mouvement.

- Contrôle aérien:

  • Chez les contrôleurs aériens, le SNCTA, premier syndicat, n'appelle pas à la grève, contrairement à l'USAC-CGT, numéro deux en terme de représentativité. Ces fonctionnaires sont soumis à un système d'astreinte destiné à assurer un service minimum mais une mobilisation importante pourrait aussi engendrer retards ou annulations de vols.

- EDF:

Trois des quatre syndicats représentatifs d'EDF -CGT, Force ouvrière, l'alliance CFE-CGC-Unsa - appellent à la grève le 5 décembre pour protester contre la réforme des retraites. La CGT appelle aussi à des "baisses de production d'électricité, des coupures en énergie des bâtiments publics d'État (hors lieux de santé)" ainsi que dans des entreprises de la branche, et à l'inverse à remettre le courant chez les particuliers où il aurait été "injustement coupé".

- Éducation Nationale:

Les syndicats SNES-FSU, SUD-Education l’Unsa-Education ont suivi le mouvement en appelant à une grève des professeurs le 5 décembre. Le faible montant des primes (qui seraient prises en compte avec la réforme) dans les traitements des enseignants, et la fin du calcul de la retraite sur les 6 derniers mois de salaires, font craindre aux professeurs une baisse importante de leurs pensions. D'autres syndicats de l'intersyndicale Education (CGT Éduc'action, FO SNFOLC, SNCL, SNETAP, SNUEP, SNALC, SNEP, SIES, SNETAA) ont rejoint le mouvement.

- Fonction publique:

La fédération FSU appelle tous les syndicats représentants des agents de la fonction publique à faire grève, "en raison de la fin du calcul des pensions sur le traitement des 6 derniers mois qui dynamite la construction des carrières de la Fonction publique".

. Avocats:

Le Conseil national des barreaux se joint au mouvement social du 5 décembre en "déclarant une journée Justice morte". Les avocats redoutent la suppression de leur régime autonome de retraite, la profession proclamant qu'elle est solidaire par le versement de cotisations aux régimes déficitaires.

  • - Police:

Plusieurs syndicats de police dont Alliance et Unsa ont appelé les policiers à se joindre au mouvement social du 5 décembre. Ces organisations appellent notamment à fermer les commissariats, si l'exécutif ne répond pas à leurs attentes d'ici là.

- Hôpitaux publics:

On sera dans la rue le 5 décembre" a affirmé sur BFMTV ce 20 novembre, Christophe Prudhomme, porte-parole de l'association des médecins urgentistes de France (CGT Santé). "La réforme de la retraite pour les aides-soignantes, c'est 5 ans de travail en plus. Elles vont perdre la catégorie active" a affirmé ce syndicaliste. Le syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI CFE-CGC) a rejoint l'appel à la grève du 5 décembre. Les internes en médecine sont appelés à une grève illimitée par leur syndicat (INSI) à partir du 10 décembre pour dénoncer la "dégradation des soins" et réclamer une amélioration de leur statut.

En dépit de cette mobilisation syndicale, plusieurs organisations représentatives de salariés et de fonctionnaires restent pour l'instant à l'écart du mouvement de grève du 5 décembre, au niveau de leur confédération:

La CFTC a décidé de pas appeler à la grève interprofessionnelle du 5 décembre contre la réforme des retraites. Le syndicat considère que le "temps est encore au dialogue" et juge les intentions finales du gouvernement "encore trop incertaines".

La CFE-CGC, opposée au projet de réforme des retraites, n’appelle pas au niveau confédéral à la grève interprofessionnelle, mais "soutient celles de ses fédérations qui s’y associeront". C'est notamment le cas de la CFE-CGC groupe RATP qui a appelé à une grève reconductible.

La CFDT, favorable au principe d’un système universel par points, attend des éclaircissements sur la pénibilité, les carrières des femmes et les régimes particuliers. Elle ne s’est pas encore exprimée à propos du mouvement social 5 décembre.

  • L'UNSA (à l'exception notable de UNSA-Education et UNSA-RATP) ne participe pas officiellement au mouvement de grève du 5 décembre.
Frédéric Bergé avec AFP