BFM Business

José-Manuel Barroso: "travailler 40 heures par semaine paraît parfaitement légitime"

José-Manuel Barroso plaide toujours pour davantage de réformes structuelles.

José-Manuel Barroso plaide toujours pour davantage de réformes structuelles. - -

Pour le président de la Commission européenne, les réformes engagées par La France vont dans le bon sens même s'il a critiqué celle sur les retraites et a réclamé davantage en matière de baisse du coût du travail.

José-Manuel Barroso estime que les réformes engagées en France vont dans "le bons sens". Interrogé ce dimanche 16 septembre sur Europe1, le président de la Commission de Bruxelles a cependant concédé qu'il aurait "souhaité une autre réforme des retraites". Il a fait remarquer que dans beaucoup de pays européens, l'âge de départ était de 65 ans alors que la réforme actuelle ne touche pas à ce paramètre.

José-manuel Barroso a rappelé que Bruxelles attendait les mesures annoncées par le gouvernement Ayrault sur la compensation des augmentations de cotisations pour se prononcer sur le fond de la réforme.

Travailler davantage

Le président de la Commission de Bruxelles a, une nouvelle fois, insisté sur la nécessité de réduire le coût du travail en France, de même que le niveau des prélèvements obligatoires. "Je ne dis pas qu'il faut toucher au salaire minimum, mais il y a d'autres pistes pour baisser les coûts pour les entreprises". Il visait ainsi leur niveau de leurs charges.

Ce qui ne l'a pas empêché de lancer un petit pic concernant la durée du travail dans l'Hexagone. "Ce qu'il faut, c'est travailler davantage. Quarante heures par semaine, cela me paraît parfaitement légitime".

Concernant le budget, il a estimé que les efforts engagés par la France depuis 5 ans sur la réduction du déficit structurel allaient aussi dans le bon sens. Tout comme la volonté affichée par le gouvernemenrt Ayrault de donner la priorité aux économies budgétaires sur les hausses d'impôts.

Bruxelles donnera son avis sur ce budget en novembre, a-t-il précisé.

P.C