BFMTV

Les musées parisiens scrutent le niveau de la Seine

En juin 2016, plusieurs d'entre eux avaient fermé pour mettre des oeuvres à l'abri.

Le niveau de la Seine continue de monter et sur les quais l'eau déborde depuis plusieurs jours déjà. Alors que la Seine a dépassé les 4,90 mètres ce mardi, le risque d'inondation est particulièrement pris au sérieux dans les musées parisiens. Le plus fréquenté d'entre eux, le musée du Louvre est aux premières loges de la crue.

Si la Seine atteint une hauteur critique, l'eau commencerait par remonter par les égouts et submergerait les caves du musée. Une partie des réserves du Louvre abritant plus de 150.000 oeuvres sont situées en zone inondable.

Un seuil à 5,08 mètres

Le Louvre n'annonce pas pour l'instant de mise à l'abri particulière, nous précise ce mardi le musée, mais lors de la crue de juin 2016 il avait dû fermer pendant trois jours par précaution. En cas de crue, le seuil de 5,08 mètres a été fixé par le Plan de prévention des risques d'inondation (PPRI) du musée comme point de repère afin de disposer de 72 heures avant que l'inondation n'atteigne le musée. Le seuil des 5 mètres devrait être dépassé d'ici mercredi matin, des mesures pourraient alors être prises pour protéger les collections du musée. 

Sur l'autre rive, le musée d'Orsay est lui aussi concerné. "Il y a un plan de prévention et on suit le niveau de la Seine. Des contrôles sont en cours", précise le musée. Comme le musée du Louvre et une vingtaine d'autres établissements culturels parmi lesquels le musée du quai Branly ou le Petit Palais, le musée d'Orsay dispose d'un plan inondation qui identifie les enjeux menacés et les ressources qui doivent être mobilisées pour sauvegarder ses oeuvres. 

Une cellule de veille activée à la BnF

Outre les musées, plusieurs sites de la Bibliothèque nationale de France sont aussi attentifs à la crue. En juin 2016, la bibliothèque François Mitterrand et de l'Arsenal avaient dû fermer trois jours. Pour l'heure, aucun bâtiment n'a été fermé mais les équipes techniques de la BnF se tiennent prêtes. "Nous avons activé la cellule de veille. Il n'a pas été décidé d'évacuation des collections mais on suit le niveau de la Seine avec Vigicrues et on procède à des contrôles de nos équipements", nous indique la BnF.

"On ne craint pas les inondations, mais il peut y avoir des infiltrations, de l'humidité. Dans ce cas le plan de protection contre les inondations prévoit d'intervenir en coupant les aérations et l'électricité par anticipation."

La BnF a déjà participé à des exercices de simulation de crue majeure, notamment avant la crue de juin 2016. Si une crue de la même ampleur que celle de 1910 devait se reproduire, plus de 7,5 km linéaires de collections du site François-Mitterrand devraient être évacués et 3,5 km linéaires des sous-sols du site de l'Arsenal. 

Carole Blanchard