BFMTV

Les actrices de "Mommy" parlent de Xavier Dolan

Anne Dorval, Xavier Dolan et Suzanne Clément présentant le film "Mommy" à Cannes en mai 2014.

Anne Dorval, Xavier Dolan et Suzanne Clément présentant le film "Mommy" à Cannes en mai 2014. - Loïc Venance - AFP

Anne Dorval et Suzanne Clément, les actrices de "Mommy", évoquent avec tendresse leur relation avec Xavier Dolan. Portrait en filigrane d'un jeune réalisateur prodige "hyperactif" et "exigeant".

Elles parlent de lui avec tendresse et une admiration parfois teintée d'ironie. Anne Dorval et Suzanne Clément, les actrices du film Mommy, ont évoqué le 30 septembre dernier pour BFMTV la relation qui les lie au réalisateur Xavier Dolan. On découvre le portrait d'un jeune homme pressé, hyperactif et exigeant.

Xavier Dolan a réalisé son premier film J'ai tué ma mère, à 20 ans. Alors qu'il n'avait que 15 ans, il était venu présenter à Anne Dorval un premier scénario "pas tout à fait au point". "Il y avait comme huit films dans un, c'était incroyable ce scénario". 

"Il est impatient"

"Il a quelque chose de très très naïf mais en même temps de très audacieux et de très revendicateur: 'Je vous veux et je vous aurai'. Il fonctionne avec tous les rêves qu'il a et dieu sait qu'il en a", explique l'actrice. 

Dès son premier film, le jeune réalisateur se prend à rêver de Cannes. "J'ai dit, il va être déçu, c'est pas possible, il faut se calmer, (...) et je me suis dit la vie va lui apprendre des choses, il va comprendre seul. Eh bien non, il avait raison sur toute la ligne". Le film a été primé par la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.

"C'est un vrai groupie"

"Il crie, il veut, il est impatient", raconte encore Anne Dorval. "Il est exigeant envers lui-même, envers les autres, envers la vie, mais il faut voir ce qu'il obtient".

Suzanne Clément, qui comme Anne Dorval accompagne Xavier Dolan depuis ses débuts avec J'ai tué ma mère, puis Laurence anyways, décrit une énergie parfois difficile à suivre. Evoquant le scénario de J'ai tué ma mère, l'actrice explique: "Le scénario était très très bon (...) Les dialogues étaient hallucinants, il y avait une boucle, une vision cinématographique. (...) Il voulait produire, réaliser, jouer dedans, il l'avait écrit avant l'âge de 20 ans".

"Il est venu me voir quand il avait 15 ans", se souvient Anne Dorval. "Il a mis le pied dans ma maison et j'ai l'impression qu'il n'en est jamais sorti. (...) Il fait partie de ma vie pour toujours, films ou pas, carrière ou pas, il fait partie de moi".

"C'est un vrai groupie", ajoute Suzanne Clément. "Quand il veut rencontrer quelqu'un, il redevient comme un adolescent qui veut absolument voir sa vedette".

M. R. avec Claire Fleury et Edouard Bonnamour