BFM Côte d'Azur

Provence-Alpes-Côte-d'Azur: la région va distribuer 500.000 masques FFP2 à ses agents et à des professionnels

Un masque FFP2.

Un masque FFP2. - BARBARA GINDL / APA

Cette distribution vise notamment les agents des lycées de la région, les chauffeurs de bus scolaires ou les professionnels de la restauration. En revanche, les professeurs ne sont pas concernés.

La région de Provence-Alpes-Côte d'Azur s'équipe en masques FFP2. Le président de la région ex-LR, Renaud Muselier, a annoncé ce mercredi que 500.000 masques allaient être distribués aux agents régionaux face à la propagation du variant Omicron, alors que le taux d'incidence a franchi la barre des 2600 cas pour 100.000 habitants ce mercredi, d'après les chiffres de l'agence régionale de santé.

En détail, la région va distribuer 120.000 masques aux agents des lycées, mais pas aux professeurs a précisé Renaud Muselier, indiquant que la région "n'est habilitée à équiper que ses agents et pas ceux de l'Education nationale".

65.000 masques seront distribués aux membres de l'hôtellerie de l'UMIH, 65.000 pour les membres de la chambres du commerce et de l'industrie, la même quantité aux artisans, 35.000 pour les chauffeurs de bus scolaires, et 30.000 aux pharmaciens de la région. Enfin, 40.000 seront donnés aux restos du cœur et 60.000 aux associations des maires de région.

La semaine dernière, la mairie de Marseille avait déjà annoncé la distribution de 100.000 masques FFP2 à ses agents municipaux.

Un masque plus protecteur que les chirurgicaux

L'apparition du variant Omicron il y a quelques mois, depuis devenu largement majoritaire en France, a provoqué une ruée sur les masques FFP2 plus protecteurs que les masques chirurgicaux.

Une étude de l'université de Cornell a notamment conclu que le port de masques FFP2 divise par 75 les chances de se transmettre le Covid-19. De nombreux experts en santé publique comme l'épidémiologiste Dominique Costagliola ont recommandé la généralisation du port des masques FFP2 pour réduire au maximum la transmission du variant Omicron.

Invité de BFMTV ce dimanche, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a déclaré: "On attend de voir ce que nous dira le Haut Conseil de la santé publique et on appliquera ses recommandations". De son côté, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce lundi que les autorités sanitaires n'étaient pas favorables à une généralisation du port de ce masque.

Louis Chahuneau