BFM DICI

Hautes-Alpes: le parquet de Gap note une nouvelle hausse des violences intra-familiales en 2021

Après une année 2020 déjà marquée par une hausse des violences intra-familiales de 25%, la situation continue de se détériorer dans les Hautes-Alpes pour le début d'année 2021.

Les violences intra-familiales continuent d'augmenter dans le département des Hautes-Alpes. Après "une augmentation de plus de 25%" en 2020, année marquée par les confinements successifs, "on est sur une lignée quasi-identique sur les constatations de janvier à avril", a alerté ce mercredi Florent Crouhy, procureur de Gap, invité sur BFM DICI.

"De janvier à avril 2020, on était à plus d'une centaine de faits. On est à plus de 200 en 2021", a précisé le procureur.

Selon lui, la "vraie difficulté" réside toujours à identifier "les premiers faits". "On voit que dans les homicides conjugaux, plus de la moitié des auteurs n'ont jamais agressé leur conjointe", indique-t-il.

Une enquête systématique

Par ailleurs, deux jours après la mort d'une femme tuée par son compagnon, à Hayange (Moselle), Florent Crouhy a assuré que la relation entre les services de police-gendarmerie et le parquet ne présentait "pas de défaillance".

Dans cette affaire, les premiers éléments de l'enquête ont révélé que la police s'était déplacé à plusieurs reprises au domicile de ce couple. L'autorité judiciaire n'a également pas été informée du dépôt d'une main courante en janvier 2020 puis d'une plainte au début du mois de novembre.

"Dans les Hautes-Alpes, il n'y a aucun manque de coordination", a assuré pour sa part le procureur de Gap, qui rappelle avoir "supprimé les mains courantes".

"Lors qu'une victime se présente, c'est qu'elle a quelque chose à révéler. On l'entend systématiquement, il y a des enquêtes systématiques et il y a une information quasi en temps réel du parquet", explique-t-il.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions