BFM Auto

En attendant sa première voiture électrique, Porsche a déjà son application de recharge

En attendant la Taycan, voici l'appli de recharge de la marque allemande

En attendant la Taycan, voici l'appli de recharge de la marque allemande - Porsche

La marque allemande a lancé une application payante pour gérer simplement la recharge de son véhicule. Elle permet de trouver facilement une borne et de payer directement depuis son smartphone. De quoi déjà satisfaire les propriétaires de Porsche hybrides rechargeables mais également d’autres clients vu que l’application est ouverte à tous.

Alors que la Taycan 100% électrique est attendue pour 2019, Porsche a déjà une application pour se recharger simplement. Dans la foulée de la présentation de ce premier modèle, version définitive du concept Mission E, la marque allemande a en effet annoncé le déploiement de cet outil numérique indispensable à tout utilisateur de véhicules électriques.

Lancement en France prévu pour fin 2018

L’application est proposée aux utilisateurs d’iPhone et Android sous le nom "Mobility by Porsche" avec un service pour le moment proposé dans des pays européens comme l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, le Danemark, les Pays-Bas, la Belgique et la Finlande. La France devrait rejoindre cette liste d’ici à la fin de l’année 2018.

Si le téléchargement est gratuit, l’utilisation du service est payant: 2,50 euros par mois. Porsche propose ensuite une sélection de bornes dans les pays cités plus haut, avec la possibilité de voir l’occupation et l’état des bornes. Un prix garanti est proposé et il est possible de payer directement depuis l’application.

Une tarification garantie

En Belgique par exemple, comptez par exemple 0,51 euros/kWh pour une puissance de 22 kW et 0,69 euros/kWh pour du 50 kW. En supposant que vous arriviez, batteries vides avec une Model S 75 (batterie de 75 kWh), il faudra donc compter 38,25 euros pour "un plein" en 22 kW et 51,75 euros pour une charge plus rapide à 50 kW. En Allemagne, c’est le plein qui est facturé et non le prix au kWh, 8 euros pour les bornes 22 kW, 10 euros pour les bornes 50 kW.

Un tarif allemand qui paraît très attractif alors qu'un dirigeant de Porsche expliquait récemment qu'une recharge coûterait pratiquement le prix d'un plein d'essence actuellement. Mais les prix devraient évoluer avec la mise en service de Ionity, ce réseau de charge ultra-rapide doit compter 400 stations dans 24 pays en 2020. Il est géré par un consortium, dont fait partie BMW, Mercedes-Benz, Ford, Audi et donc Porsche, afin de proposer une alternative aux superchargeurs Tesla (utilisables uniquement par les propriétaires de véhicules de la marque américaine).

Pour Porsche, il s’agit de proposer une application aux utilisateurs de sa gamme de véhicules hybrides rechargeables, les Cayenne et Panamera, en attendant donc son premier modèle 100% électrique. Une manière aussi de séduire les clients d’autres marques, l’appli pouvant être utilisée par n’importe quels utilisateurs de véhicules électriques ou hybrides. On pense notamment aux propriétaires de Tesla Model S qui pourraient envisager de (re)passer chez Porsche avec la Taycan.

Des constructeurs de plus en plus fournisseurs de services

Yoann Nussbaumer, fondateur de Chargemap, application et site de référence pour trouver une borne de recharge, n’y voit pas une concurrence trop importante. Pour lui, un des réels points forts de sa solution réside dans l’importance de la communauté des utilisateurs, qui ajoutent des photos et notent les différentes stations de recharge. Une dimension sociale que ne propose pas, pour le moment, l’application proposée par Porsche.

"C’est surtout le signe que certains constructeurs automobiles souhaitent devenir des fournisseurs de service et non plus seulement des fabricants de voitures ", souligne Yoann Nussbaumer.

A l’image du rapprochement entre Daimler et BMW dans l’autopartage ou de l'offre Free2Move du groupe français PSA, les grandes marques se préparent en effet à l’avenir. Avec le développement des nouveaux services de mobilité une part de plus en plus importante de leurs revenus se fera non plus sur l’acquisition d’un véhicule par les particuliers et entreprises mais par la fourniture de ces services à des abonnés ou des utilisateurs ponctuels.

Julien Bonnet