BFM Business

Sale temps pour les cabriolets "grand public"

Volkswagen vient de dévoiler une version cabriolet de son SUV T-Roc.

Volkswagen vient de dévoiler une version cabriolet de son SUV T-Roc. - Volkswagen

Face à la baisse des ventes sur le marché des cabriolets, de moins en moins de marques généralistes en proposent dans leurs gammes actuelles. Volkswagen vient pourtant de dévoiler une surprenante version convertible de son T-Roc.

Si on ne compte plus les différents modèles de SUV, voici une carrosserie qui a disparu du paysage automobile actuel: le cabriolet. Face à la baisse des ventes ces dernières années, les marques tricolores n'en proposent tout simplement plus. Mégane Cabriolet et Wind chez Renault, 308 CC chez Peugeot ou encore C3 Pluriel chez Citroën ont depuis longtemps disparu du catalogue. Pour les amateurs, il faut alors se tourner vers le marché de l'occasion ou vers les rares survivants d'un marché sinistré.

Peu de cabriolets neufs sur le marché

Il reste en effet peu de choix sur le marché du neuf et à un budget relativement raisonnable, avec des prix démarrant sous les 30.000 euros. On pourra citer les Mazda MX-5, sa cousine technique la Fiat 124 Spider ou encore la Mini Cabrio.

Seules les marques allemandes premium ont finalement maintenu une offre étendue. C'est ainsi le cas chez Mercedes, BMW ou Porsche. Mais chez Audi, cette carrosserie semble en voie d'extinction: la marque aux anneaux vient d'annoncer que l'A3, qui sera renouvelée à l'automne, perdra cette déclinaison cabriolet. Il ne resterait ainsi plus que l'A5, le TT et la R8 et Audi a déjà annoncé que ces deux derniers modèles n'auront (malheureusement) pas de successeur, aussi bien en coupé donc qu'en version découvrable.

SUV-cabriolet: Volkswagen tente le coup

Chez Volkswagen aussi le cabriolet disparaît d'année en année. La production du coupé Eos s'est arrêtée en 2015 et la Golf n'est plus proposée en version découvrable depuis 2016. Quant à la Coccinelle, elle tire sa révérence cette année avec le dernier exemplaire qui est sorti d'usine début juillet.

Mais la marque allemande vient de tenter un pari: décliner son SUV T-Roc en version cabriolet. Si jusqu'ici seul Range Rover, avec son Evoque, s'était risqué à ce drôle de croisement génétique, il sera intéressant de voir si ce modèle peut séduire les nostalgiques de la conduite cheveux au vent, tout en conservant la carrosserie star du moment, le SUV concentrant près d'un tiers des ventes sur le marché du neuf actuellement. 

Le T-Roc cabriolet, un croisement étrange.
Le T-Roc cabriolet, un croisement étrange. © Volkswagen

L'exception des citadines "Cabrio"

L'autre segment en forme du moment, c'est celui des citadines. En France, cette carrosserie a notamment profité du boom de la prime à la conversion favorisant l'achat de petits modèles. Or, la plupart sont proposés en version dites "Cabrio". C'est le cas pour le trio français des Peugeot 108, Citroën C1 et Renault Twingo mais aussi pour la Fiat 500. Mais on parlera plutôt d'un grand toit ouvrant pour ces citadines, là où une Mini Cabrio propose un réel espace à l'air libre.

En attendant l'électrique

Le développement de l'offre de voitures électriques, c'est l'autre grand espoir d'un retour en force des cabriolets. Une motorisation silencieuse semble en effet parfaite pour accompagner cette carrosserie. On peut ainsi regretter le premier Tesla Roadster et (un peu moins) la Citroën e-Méhari qui, au-delà d'un style et de performances discutables, n'a pas su trouver son public.

Hormis de fabuleux concepts comme cette Mercedes-Maybach 6 ou cette Bentley, il n'y a pas vraiment de cabriolets zéro émission au programme. Il faudra attendre le futur Tesla Roadster, ou faire comme Harry et Meghan en profitant d'une magnifique Jaguar Type E convertie à l'électrique.

Julien Bonnet