BFM Business

Essai - Nouvelle Mini Cooper: mariage de tradition et de modernité

La nouvelle Mini joue à fond la carte "so british" avec ses feux arrière reprenant le dessin de l'Union Jack. Elle propose également un service innovant de personnalisation permettant de concevoir un élément de carrosserie pour l'installer soi-même facilement et profiter ainsi de sa Mini, unique au monde.

A l'image de la famille royale britannique, les Mini récentes aiment joueur sur l'opposition entre tradition et modernité. C'est encore plus une réalité sur la dernière version, qui profite d'un rafraîchissement design cette année. Quelques jours après le mariage de l'Américaine Meghan Markle et du prince Harry, nous avons pu tester cette alchimie germano-britannique, Mini appartenant depuis 1994 à BMW.

Si elle a pris un peu volume et de poids, la nouvelle Mini a su séduire de nombreux clients depuis la reprise par BMW.
Si elle a pris un peu volume et de poids, la nouvelle Mini a su séduire de nombreux clients depuis la reprise par BMW. © JB

Mais pourquoi la Mini?

Avant de savoir si cette nouvelle version de Mini vivra heureuse et aura beaucoup de clients, le mariage entre BMW et la célèbre marque britannique s'impose comme une réussite. En 2017, les plus de 372.000 d'unités écoulées à travers le monde représentent un nouveau record commercial.

Si les amoureux de l'ancienne Mini, petite et pratique, n'ont pas forcément apprécié de voir cette réinterprétation design à la sauce BMW, qui se traduit par une certaine prise de volume et de poids, cela reste donc une réussite. Un bon exemple du succès de la vague néo-rétro, à l'image de ce qu'a fait Volkswagen avec la New Beetle, version moderne de la Coccinelle, ou Fiat avec la 500. Comme le constructeur italien avec les 500X et les 500L, l'extension de la gamme avec les Clubman et Countryman a également contribué aux bons chiffres enregistrés ces dernières années.

  • BMW prépare désormais l'avenir de Mini avec le lancement très attendu de la première version 100% électrique de la citadine. Sortie prévue l'an prochain avec d'importantes perspectives dans les grandes villes engagées dans des programmes de lutte contre la pollution, en particulier en Chine et en Europe.
Les feux arrière reprenant le dessin du drapeau britannique sont très réussis.
Les feux arrière reprenant le dessin du drapeau britannique sont très réussis. © JB

Derrière le volant

Principale nouveauté visible sur cette Mini restylée, ses feux arrière qui arborent fièrement le dessin de l'Union Jack, le drapeau britannique. Une référence supplémentaire à la patrie d'origine de la marque et qui complétera bien l'hommage à nos voisins d'outre-Manche. Comme on peut le voir déjà sur des Mini récentes, il est également possible d'apposer ce drapeau sur le toit, ou sur la toile pour les versions Cabrio.

A l'intérieur, on retrouve également une évocation de l'Union Jack sur le volant et un autre sur la planche de bord côté passager. Ce dernier change d'ailleurs de couleur à l'envie, l'appui sur un bouton permettant de changer l'ambiance lumineuse à bord. La Mini se veut séduisante pour les urbains branchés avec un port USB, le bluetooth et un écran 6,5 pouces de série. Ce dernier est non tactile mais le devient dès le premier niveau de finition et une taille plus grande, 8,5 pouces est aussi disponible en option. Un pack à 400 euros permet de profiter d'un 2e port USB, de la recharge à induction pour smartphone dans l'accoudoir central et d'un deuxième micro côté passager.

  • Avec de nombreux boutons et raccourcis -sous l'accoudoir central, sur le tableau de bord, au niveau du plafonnier et sur le volant- cet intérieur plutôt cosy ravira les hostiles au tout tactile. En ajoutant cette possibilité de toucher l'écran et la reconnaissance vocale, Mini comme sa marque mère BMW souhaite ainsi laisser le choix à l'utilisateur et ne pas lui imposer une manière d'accéder au même réglage. Et pour que le conducteur ne détourne pas son regard de la route, l'affichage tête haute permet d'avoir à tout moment sous les yeux, vitesse, limitation en cours et les instructions de navigation.
A l'intérieur de la Mini, deux autres références au drapeau britannique, sur le volant et la planche de bord, et une ambiance lumineuse qui peut changer de couleurs.
A l'intérieur de la Mini, deux autres références au drapeau britannique, sur le volant et la planche de bord, et une ambiance lumineuse qui peut changer de couleurs. © Mini

Car derrière ses allures de citadines urbaine et branché, gare aux excès! La Mini peut en avoir sous le capot. Notre premier modèle d'essai, une Cooper 3 portes, disposait d'un moteur 3 cylindres 1,5 litre de 130 ch. Une puissance raisonnable qui permet de profiter de ce beau bébé d'environ 1,5 tonne sans problème. Cette motorisation était associée à la nouvelle boîte automatique double embrayage 7 rapports, idéale pour la conduite en ville avec en bonus un "start&stop" intelligent, qui utilise la caméra à l'avant et les données cartographiques pour optimiser les arrêts et redémarrages du moteur.

Reine en ville, la Mini montre une léger manque de confort sur route avec des suspensions assez fermes. Une volonté de coller à la Mini d'origine, connue pour être assez spartiate. La réputation en la matière de son propriétaire allemand n'arrange pas les choses... ou permet au contraire de retrouver d'anciennes sensations pour les nostalgiques.

Ces suspensions assez dures et la direction assez ferme sont beaucoup plus appréciables lorsque l'on monte d'un cran en motorisation. Notre deuxième version d'essai, la Cooper S, profitait ainsi d'un 4 cylindres 2 litres de 192 ch. Le gain en puissance est appréciable (on passe de 8 secondes pour le 0 à 100 km/h à 6,7 secondes) mais c'est surtout la sonorité qui fait plaisir à entendre. La double sortie d'échappement donne de la voix et déclenche un sourire à chaque appui sur la pédale. Même à faible vitesse et donc en ville, cette Cooper S se fait entendre, et le tout sans (trop) faire exploser son bilan carbone... et donc son malus (voir LE chiffre).

Sur la Cooper S en version Cabrio, avec le toit Union Jack.
Sur la Cooper S en version Cabrio, avec le toit Union Jack. © JB

LE truc en plus: l'impression 3D pour une Mini unique

Avec des clients qui apprécient de pouvoir personnaliser leur Mini, la marque propose un service innovant sur cette nouvelle version. Il est en effet possible de concevoir soi-même un élément à son goût. Sur un site internet dédié, vous pouvez par exemple écrire votre prénom et un chiffre sur le répéteur de clignotant. Une fois la commande passée, il faut compter entre 3 et 5 semaines pour recevoir son objet, personnalisé grâce à l'impression 3D. Il est ensuite très simple de l'ajouter soi-même sans se rendre dans un garage. Nous avons pu en faire l'expérience avec ce fameux répéteur de clignotant que nous avons pu changer en quelques minutes et sans outil. L'ouverture du capot nécessaire pour effectuer l’opération garantit de ne pas pouvoir se faire voler son petit élément personnalisé trop facilement.

Le tarif reste raisonnable: 49 euros pour le projecteur Led qui pourra dessiner votre prénom au sol pour vous saluer à votre approche, 145 pour notre répéteur de clignotant et 290 euros pour la barre de seuil de porte. Mini voit aussi ce service comme une manière d'apporter un peu de piment quelques temps après l'achat du véhicule : un cadeau de Noël idéal pour la ou le propriétaire qui trouvera facilement sa place au pied du sapin. Quoi, vous n’avez jamais rêvé d'offrir un répéteur de clignotant personnalisé?

3 à 5 semaines après l'avoir conçu, le client reçoit chez lui son élément personnalisé, ici un répéteur de clignotant.
3 à 5 semaines après l'avoir conçu, le client reçoit chez lui son élément personnalisé, ici un répéteur de clignotant. © JB

LE chiffre: 7

Comme le nombre de vitesses de la nouvelle boîte automatique double embrayage, très agréable d'utilisation. En bonus et pour compenser le surcoût de 1900 euros, elle vous permettra d'échapper (en grande partie) au malus sur les versions les plus puissantes de notre essai. Avec un bilan carbone beaucoup plus favorable, elle permet ainsi sur la Cooper Cabrio 136 ch de réduire son écotaxe de 60 à 113 euros (selon les finitions), contre 173 à 300 euros pour les versions boîte manuelle. Sur la Cooper S Cabrio, l'économie est d'autant plus intéressante, avec 253 à 410 euros en boîte automatique, contre 2940 à 3773 euros en manuelle.

Le projecteur de portière affiche par défaut le logo Mini mais peut aussi être personnalisé.
Le projecteur de portière affiche par défaut le logo Mini mais peut aussi être personnalisé. © JB

Nos modèles d'essai:
Mini Cooper 3 portes 136 ch (34.410 euros avec options)
Mini Cooper S Cabrio 192 ch (46.799 euros avec options)

Julien Bonnet