BFM Auto

Mi-SUV, mi-monospace, le Citroën C5 Aircross débarque en Europe

Un an après la présentation et la commercialisation du C5 Aircross en Chine, Citroën a levé le voile sur la version européenne de son SUV. Cousin du Peugeot 3008 et du DS7 Crossback, ce véhicule familial est désormais le vaisseau amiral de la marque aux chevrons.

La famille Citroën s’agrandit ! Douze mois après le lancement du petit C3 Aircross et un peu plus de six mois après la disparition du controversé C4 Aircross (en réalité un Mitsubishi ASX rebadgé), Citroën enrichit sa gamme de SUV avec un modèle plus familial, le C5 Aircross.

Descendant -comme son nom l’indique- du concept Aircross, présenté en 2015 lors du salon de Shanghai, le nouveau fleuron de la marque aux chevrons a eu les honneurs de la Chine avant ceux de la France et de l’Europe. En effet, ce véhicule ne sera pas disponible sur le Vieux-Continent avant la fin de l’année alors que sa carrière commerciale a débuté l’an dernier dans l’empire du Milieu. Et "il se vend bien", indique avec malice Linda Jackson. Selon la directrice générale de Citroën, quelque "40.000 exemplaires ont été immatriculés depuis septembre 2017". Confiant dans le succès de son SUV sur le marché européen, Citroën n’a pas trop modifié sa copie. 

Les différences entre la version chinoise, fabriquée dans l’usine PSA de Chengdu, et celle sortant de l’usine PSA de Rennes-La Janais (qui produit aussi une partie des Peugeot 5008) sont minimes. Elles se limitent à l’implantation du volant (à gauche en Europe), à des sièges (indépendants à l'arrière) et selleries spécifiques, ainsi qu’à l’apparition de blocs diesel. Un type de motorisation encore très prisé des automobilistes européens en dépit de leur intérêt grandissant pour les moteurs à essence. À noter que les conducteurs les plus exigeants, ou à la fibre écolo plus développée, pourront opter dès fin 2019 pour une inédite version hybride rechargeable. 

Un monospace... en beaucoup plus sexy 

Coiffant la gamme Citroën, en raison de son patronyme partiellement emprunté aux ex-berlines de la marque, le nouveau SUV des chevrons n'a pas une vocation de franchisseur. Faisant l'impasse sur une transmission intégrale au profit du "Grip Control", le système de motricité renforcé de PSA, le C5 Aircross se veut une invitation au voyage. Les équipes de Citroën ont donc conçu ce modèle comme un véhicule agréable à vivre et doté d'une carrosserie plaisante.

-
- © -

Fidèles aux valeurs de la marque, les ingénieurs ont particulièrement mis l'accent sur le confort. Le C5 Aircross est donc équipé, de série, des "suspensions à butées hydrauliques progressives" apparues lors du restylage de la C4 Cactus. Leur objectif: gommer les moindres aspérités de la route tout en garantissant un impressionnant silence à bord.

Le nouveau SUV embarque aussi les "sièges Advenced Comfort". Des fauteuils composés d'une mousse à haute densité, d'une nappe absorbante et d'une couche matelassée. Mieux, moyennant finances, ils disposent même d'une fonction massage. 

-
- © -

À l'arrière, Citroën a fait le pari d'offrir, non pas une traditionnelle banquette, mais trois sièges indépendants, coulissants et escamotables dans le plancher. À ce jour, le seul concurrent à offrir un tel système -en option- est le Skoda Karoq. Cette astuce permet au C5 Aircross d'offrir un volume de coffre variant de 580 litres à 720 litres. Soit 60 litres de plus que le cousin Peugeot 3008 (avec qui il partage 60% de pièces communes) et 43 litres de plus que son petit frère, le Citroën C4 Spacetourer (ex-C4 Picasso), dont les ventes semblent menacées. La philosophie de ce nouveau C5 Aircross est d'ailleurs résumée en interne par la formule "SUV outside, MPV inside". C'est-à-dire "SUV à l'extérieur et monospace à l'intérieur". 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV