BFM Auto

Essai – Citroën C3 Aircross, l'esprit minispace dans un corps de SUV

Le C3 Picasso cède sa place à un C3 Aircross dans la gamme Citroën

Le C3 Picasso cède sa place à un C3 Aircross dans la gamme Citroën - JB

Oubliez le C3 Picasso, son remplaçant s'appelle le C3 Aircross. Derrière cette nouvelle identité se cache un nouveau design de SUV compact, plus proche des attentes stylistiques du moment, mais avec toujours des avantages de "minispace" (un petit monospace) en termes de confort et de modularité. Un pari gagnant pour la marque Citroën, toujours à la recherche d'un renouveau?

En peinture comme dans l'automobile, difficile de succéder à Picasso. La déclinaison de la précédente C3 perd en effet cette dénomination pour revêtir celle d'Aircross, plus anglo-saxonne et surtout plus conforme à son nouveau look de SUV compact. Au programme, des choix osés de la part d’un Citroën en quête d'une nouvelle jeunesse. Que faut-il donc penser ce cette version haute sur pattes de la dernière C3?

A l'arrière, les boucliers distinguent cette nouvelle version Aircross de la citadine C3.
A l'arrière, les boucliers distinguent cette nouvelle version Aircross de la citadine C3. © JB

Mais pourquoi le Citroën C3 Aircross?

Ecoulé à plus de 500.000 exemplaires depuis son lancement en 2009, le C3 Picasso se trouve ainsi un successeur. Pour casser son image de minispace (la dénomination officielle pour les petits monospaces) et s'affirmer avec son nouveau look de SUV compact, cette version récupère l'appellation Aircross que portait depuis 2010 en Amérique Latine une variante "baroudeur" du C3 Picasso. Ce terme fait surtout référence au concept C-Aircross, présenté début 2017. Ce dernier introduisait de nombreux codes stylistiques, qu'on retrouve sur le modèle définitif comme des formes arrondies dans le dessin d'ensemble. A noter, qu'on retrouvait déjà ce terme en 2012, avec le C4 Aircross de 2012. Mais le premier SUV compact de Citroën était en réalité un Mitsubishi ASX rebadgé (tout comme le Peugeot 4008).

Ce n'est pas le cas de ce C3 Aircross, entièrement développé par Citroën sur la base de la dernière version de sa citadine polyvalente, la C3. Comme elle, son cousin SUV compact incarne le renouveau de la marque aux chevrons. Et ses ambitions: ce C3 Aircross est en effet lancé dans 96 pays à travers le monde, et suit un plan produit croisé avec son grand frère, le C5 Aircross. Ce dernier est actuellement lancé en Chine, avant d'arriver dans nos contrées l'an prochain. Le C3 Aircross joue sur le calendrier inverse.

La personnalisation des couleurs extérieures du C3 Aircross (carrosserie, toit et rétroviseurs) offre 90 combinaisons possibles.
La personnalisation des couleurs extérieures du C3 Aircross (carrosserie, toit et rétroviseurs) offre 90 combinaisons possibles. © JB

Derrière le volant

Au premier regard, ce C3 Aircross fait bonne impression. Si sur les photos on pouvait craindre un aspect trop "cartoon", le SUV apparaît bien proportionné. Il dépoussière le look un peu vieillissant du C3 Picasso, tout en conservant une taille raisonnable avec 4,15 mètres de long, pour 1,76 mètre de large.

De nombreux éléments viennent en effet ringardiser son ancêtre comme la garde au sol rehaussée à 17,5 centimètres, les passages de roue marqués ou les couleurs vives et personnalisables (90 combinaisons possibles). Toujours à l’extérieur, on reste finalement assez proche de la dernière C3, dont l’Aircross reprend les faces avant et arrière, avec des boucliers imposants pour souligner son côté baroudeur.

  • On regrettera en revanche la disparition des Airbumps, ces coussins d’air apparus sur le C4 Cactus et qui se faisaient déjà plus discrets sur la dernière C3 (où ils sont même en option). Présents sur le concept C-Aircross, ils n’auraient pas été de trop sur un véhicule prêt à prendre des coups. 
Contrairement à la C3 classique, l'Aircross n'est pas proposé avec des Airbumps, même en option.
Contrairement à la C3 classique, l'Aircross n'est pas proposé avec des Airbumps, même en option. © JB

A l’intérieur, on retrouve l’aspect accueillant de la citadine avec une position de conduite surélevée. Elle ravira les amateurs de SUV urbains qui veulent dominer la route (ou juste voir un peu mieux derrière le Kangoo qui traîne devant). A l’avant, les sièges adoptent un look rétro mais sont surtout confortables.

Même chose à l’arrière, avec une banquette inclinable, coulissante et rabattable en deux tiers/un tiers. Citroën insiste ainsi sur la modularité et l’habitabilité de son C3 Aircross qui, en passant au SUV, conserve bien les qualités du minispace. Notre modèle d’essai, avec la finition Metropolitan Grey s’offre un aspect très "casual chic", avec des éléments en tissu qui apportent un peu de fraîcheur dans un ensemble très plastique.

La banquette arrière coulissante et inclinable dans la jolie finition Metropolitan Grey
La banquette arrière coulissante et inclinable dans la jolie finition Metropolitan Grey © JB

Une fois sur la route, le C3 Aircross confirme ces bonnes impressions. Nous avons démarré notre essai par une version équipée du moteur 4-diesel diesel 120 chevaux associé à une boîte manuelle 6 vitesses. Sans être un monstre de performances, ce moteur se montre agréable d’utilisation.

Notre deuxième motorisation, en essence, avec le 3-cylindres PureTech 110 chevaux associé à la boîte de vitesse automatique EAT6 (du fournisseur japonais AISIN) apporte un peu plus de dynamisme. Nous disposions également sur cette version d’un sélecteur de modes de conduite pour sortir des sentiers battus. De quoi permettre de partir à l’aventure sans risque (et sans transmission intégrale) en jouant sur la motricité du train avant sur neige, dans la boue ou dans le sable. Le mode de descente automatique "Hill Assist" se révèle ici un atout indéniable en tout-chemin, Citroën espère en faire un atout commercial. Sur une piste un peu chaotique, le moteur a en tout cas su gérer avec brio les problèmes d’adhérence.

Sur les pistes de sable de la réserve de Saparella en Corse, le C3 Aircross a démontré sa capacité à sortir des sentiers battues.
Sur les pistes de sable de la réserve de Saparella en Corse, le C3 Aircross a démontré sa capacité à sortir des sentiers battues. © JB

Sur routes plus rapides, le comportement du véhicule reste sain. Les suspensions raffermies en raison de la garde au sol rehaussée limitent le roulis dans les virages. Le C3 Aircross nous invite toutefois à une conduite tranquille, surtout lorsque le soleil pénètre dans l’habitacle à travers son très agréable toit panoramique et ouvrant, une première sur la catégorie. Une fois refermé, le niveau d’insonorisation reste très correct même à haute vitesse.

Le volume de coffre est donné à 410 litres et peut grimper à 520 litres avec la banquette arrière avancée au maximum (mais pas rabaissée). En abaissant le siège passager avant, une petite planche de surf peut se loger facilement.
Le volume de coffre est donné à 410 litres et peut grimper à 520 litres avec la banquette arrière avancée au maximum (mais pas rabaissée). En abaissant le siège passager avant, une petite planche de surf peut se loger facilement. © JB

"LE" truc en plus: un show technologique parfait… à peu de choses près

Jusqu’à 12 aides à la conduite (avertisseur d'angle mort, freinage automatique d’urgence, assistant au stationnement, avertisseur de franchissement de ligne…), un affichage tête haute couleur affichant la vitesse, la limitation en cours et les indications GPS, un bel écran tactile 7 pouces compatible Carplay et Android Auto ou encore la recharge à induction des smartphones (Samsung Galaxy en particulier et désormais sur iPhone), le C3 Aircross coche toutes les cases pour s’imposer comme un véhicule connecté au sommet de sa forme, à ne rien avoir à envier aux plus grands modèles de la gamme Citroën.

L'intérieur de ce C3 Aircross offre un bon niveau d'équipements que ce soit en termes de confort, de sécurité ou d'info-divertissement.
L'intérieur de ce C3 Aircross offre un bon niveau d'équipements que ce soit en termes de confort, de sécurité ou d'info-divertissement. © JB

Si tous ces équipements se sont montrés satisfaisants, on regrette toutefois le choix du tout numérique pour une fonction aussi cruciale que la climatisation. Là où certains constructeurs conservent une redondance entre commandes numérique et physique, ce choix nous a clairement géné à l’utilisation. S’il y a bien un bouton de raccourci vers la climatisation à côté de l’écran, on aurait aimé disposer des mêmes commandes physiques que sur la finition d’entrée de gamme (visuel ci-dessous) qui n’a pas le droit à l’écran tactile 7 pouces avec navigation intégrée. Et Citroën aurait pu se rattraper en permettant d’accéder à cette fonction en passant par la reconnaissance vocale. Or, celle-ci nous a proposé de changer de destination quand nous lui parlions "ventilation" ou "climatisation".

Sur la finition d'entrée de gamme, la clim' se règle manuellement. Ce qu'on ne retrouve pas sur la configuration avec écran tactile.
Sur la finition d'entrée de gamme, la clim' se règle manuellement. Ce qu'on ne retrouve pas sur la configuration avec écran tactile. © Citroën

Deuxième bémol: avec un seul port USB en façade à l’avant (et un port allume cigare 12V) et seulement un port à l’arrière, ce C3 Aircross déçoit un peu sur sa capacité à recharger tous les objets connectés, alors qu'il est dédié aux familles.

Plus anecdotique, Citroën ne propose pas sa "connected cam" en option sur l'Aircross. Cette fonction qui permet de prendre des photos et des vidéos de ces trajets et également de jouer les témoins en cas d'accident nous avait pourtant séduit lors de l'essai de la C3.

"Ah ces jeunes avec leur drôle de look!", semble dire cette Dyane croisée dans un village corse à notre C3 Aircross.
"Ah ces jeunes avec leur drôle de look!", semble dire cette Dyane croisée dans un village corse à notre C3 Aircross. © JB

LE chiffre: 26.600 euros

C’est le prix estimé de notre modèle d’essai avec le bloc essence 110 chevaux, la boîte automatique 6 vitesses et de nombreuses options qui font grimper la facture. Il faut ainsi compter plus de 10.000 euros au-dessus du prix de départ du C3 Aicross (15.950 euros).

Petit détail de la note: notre modèle en finition haut de gamme Shine (avec de nombreux équipements comme l’écran tactile) démarre à 22.050 euros. On ajoute un petit coup de peinture Orange Spicy à 550 euros, un toit "Natural White" à 400 euros et l’habillage intérieur "Metropolitan Grey" à 350 euros, soit 1300 euros en frais de personnalisation.

Parmi les options restantes (3.050 euros), on conservera volontiers le pack techno à 650 euros (comprenant l’affichage tête haute, la recharge induction du téléphone, le petit écran entre les compteurs et le système HiFi) et le toit ouvrant panoramique à 850 euros.

Bilan: on est donc un peu plus cher qu'un Kia Stonic, qui joue clairement la carte d'un bon rapport qualité-prix, et au niveau d'un Opel Crossland X (qui partage d'ailleurs sa plate-forme PF1 avec le C3 Aircross), deux modèles que nous vous proposions récemment à l'essai.

Le C3 Aircross face à un autre de ses concurrents déclarés: le Renault Captur, roi de la catégorie en Europe.
Le C3 Aircross face à un autre de ses concurrents déclarés: le Renault Captur, roi de la catégorie en Europe. © JB

Nos versions d'essai: Citroën C3 Aircross en finition Shine avec le moteur essence PureTech 110 en EAT6 et le diesel Blue HDi 120 BVM6

Julien Bonnet