BFM Auto

Nouvelle Citroën C3, rafraîchissante d'imperfections

Citroën mise beaucoup sur cette troisième génération de C3. Une Citroën sur cinq vendue en Europe cette année est en effet une C3.

Citroën mise beaucoup sur cette troisième génération de C3. Une Citroën sur cinq vendue en Europe cette année est en effet une C3. - Pauline Ducamp - BFMTV

La Nouvelle C3 arrive actuellement en concession. Malgré de nombreux petits défauts, la petite Citroën se différencie de ses concurrentes, aussi bien en confort qu'en design, avec une innovation intuitive, définitivement orientée vers le consommateur.

La Citroën C3, c’est la Visa du XXIème siècle. Star du stand aux chevrons au dernier Mondial de Paris, la troisième génération de la compacte a pour mission de renouer avec l’ADN de Citroën: de l’innovation, du pratique, du confort et le tout abordable (la partie luxe de l’ADN est désormais chez DS).

"Cette C3 est très importante pour nous car nous remplaçons notre best-seller, 3,5 millions de voitures vendues depuis la 1ère génération, rappelle la présidente de Citroën Linda Jackson. Une Citroën sur cinq vendue en Europe est aujourd’hui une C3. Cette voiture marque aussi le début d’une nouvelle histoire pour Citroën".

Après deux jours au volant de la Nouvelle C3, dans les rues de Barcelone (Espagne), ce que nous pressentions fin juin lors de la première apparition de cette troisième génération s’est confirmé: Citroën est de retour et réussit (plutôt) son pari (et surtout son business-model) avec cette C3… malgré de nombreux petits défauts. Qui la rendent presque encore plus sympathique.

La Peugeot 208, en plus confortable

Sur la route, la Citroën C3 se comporte comme une Peugeot 208, en plus souple, voire beaucoup plus souple. Logique, quand on sait que les deux compactes partagent les mêmes moteurs et la même plateforme. Cette dernière, appelée chez PSA la Plateforme 1, date d’ailleurs de la première génération de C3 sortie en… 2002!

Elle a heureusement régulièrement évolué depuis, et la case confort est cochée haut la main par Citroën. Pas de raideur dans la conduite, la C3 se faufile partout. Ce confort dessert presque le dynamisme du moteur PureTech 110 et de la boite EAT6, si agréable sur la Peugeot 208. Dans la même configuration, la boite automatique est poussive, la C3 peine sur les petites routes. Le bouton sport, un petit bout de plastique caché tout en bas de la planche de bord, ne change rien à l’affaire. Dommage!

La Nouvelle C3 ne passe pas inaperçue dans les rues. Simple liseré sur les flancs, les AirBumps sont de retour, mais en option. Ils rebutaient certains clients sur le C4 Cactus, Citroën ne veut plus louper aucune vente.
La Nouvelle C3 ne passe pas inaperçue dans les rues. Simple liseré sur les flancs, les AirBumps sont de retour, mais en option. Ils rebutaient certains clients sur le C4 Cactus, Citroën ne veut plus louper aucune vente. © Pauline Ducamp - BFMTV

Beaucoup de goût, peu de soins

Ce bouton sport n’est qu’un exemple des finitions pas toujours très réussies de la Nouvelle C3. Si le design intérieur se montre très élégant (le liseré rouge autour de la planche de bord noire ou l’imprimé façon pied-de-poule donnent une identité très fashion à la C3), des plastiques de qualité médiocre ou un levier de boite de vitesse automatique comme sortie des années 80 déçoivent. "On a surtout misé sur ce qui trouve à hauteur des yeux", soit sur la planche de bord, reconnait-on chez Citroën. Ca a le mérite d’être clair…

Mention spéciale pour l’écran tactile, qui à défaut d’être nouveau (il vient du C4 Picasso) est diablement efficace et intuitif. Malgré tout, la C3 reste attachante, avec sa bouille toute ronde qui se démarque clairement des Renault Clio, Nissan Micra ou Peugeot 208. Son côté pratique, avec beaucoup d’espace intérieur pour une voiture de seulement 3,99 mètres de long, en fait une parfaite compagnonne du quotidien. 

Harmonies de couleurs soignées, 36 combinaisons différentes, des toits bientôt personnalisables, l'esthétique de la Nouvelle C3 se veut très élégante. Dommage que la finition et les matériaux ne suivent pas toujours.
Harmonies de couleurs soignées, 36 combinaisons différentes, des toits bientôt personnalisables, l'esthétique de la Nouvelle C3 se veut très élégante. Dommage que la finition et les matériaux ne suivent pas toujours. © Citroën

"LE" truc: la Connected cam

C’est avec cette option que Citroën revendique "l’innovation utile sur ses modèles". Personnellement, nous aurions plutôt mis en avant la présence de série de l’alerte de franchissement de ligne (un système très capricieux) ou du limiteur-régulateur de vitesse. Mais cela faisait certainement moins vendeur dans une stratégie de reconquête d’un public plus jeune…

Force est de constater que la caméra est un joujou auquel on s’habitue très vite. Grâce à une mémoire de 16Go, elle filme votre trajet dès que vous roulez et que votre smartphone est connecté au wi-fi de la voiture (voir notre vidéo). La qualité des images grand angle en HD est bluffante, la possibilité de faire un selfie de l’extérieur de la voiture, smartphone à la main, a enflammé notre Twitter. Deux déceptions toutefois: le prix de l’option (270 euros sur notre finition Shine, 450 euros sur la finition de milieu de gamme) et le non-fonctionnement de la caméra lorsque la voiture est en stationnement... et s’est fait embarquer par la fourrière (véridique).

Le chiffre: 18.700

C’est le tarif de la version que nous avons essayée, avec le moteur 110 chevaux et la finition la plus élevée, "Shine". Ce prix se montre élevé, si Citroën vise un public plus jeune (la moyenne d’âge des acheteurs aux chevrons approche les 60 ans). Mais le business-model peut offrir une belle rentabilité à la marque, avec un peu plus de 50% de pièces communes avec Peugeot ou d’autres modèles Citroën, et une fabrication en Slovaquie, à Trnava (comme la Peugeot 208). Fin octobre, 7000 C3 avaient été commandées, dont 25% avec la Connected CAM.

La version de notre essai: Citroën C3 avec un moteur essence PureTech de 110 chevaux S&S, associé à une boite automatique EAT6 en finition SHINE

Pauline Ducamp