BFM Business

Le marché de l'occasion bat de nouveaux records en France

Les publicités pour la Clio ont marqué une époque.

Les publicités pour la Clio ont marqué une époque. - Renault

Alors que le marché du neuf a plongé de 25% l'an dernier, l'occasion automobile a bien mieux résisté avec une baisse limitée à 4,5%. De quoi enregistrer un nouveau record, avec 3,34 véhicules de seconde main vendus pour un neuf.

Les Français achètent plus que jamais leur voiture d'occasion. Si le record enregistré en 2019, avec plus de 5,7 millions de véhicules qui avaient changé de propriétaire, n'a pas été battu l'an dernier, le ratio comparant ventes d'occasion et ventes sur le marché du neuf a atteint un nouveau sommet.

Un ratio occasion/neuf au plus haut

Le marché de l'occasion a en effet limité la casse en 2020, année bien sûr marquée par la pandémie de coronavirus. Alors que les ventes de voitures neuves ont plongé de 25,5%, retrouvant le niveau de 1975 à 1,65 million d'unités, celles de véhicules d'occasion n'ont baissé que de 4,5%, à 5,52 millions d'unités, d'après les chiffres du vendeur en ligne AutoScout24.

Ce sont donc 180.000 voitures de moins que le record absolu de 2019 qui ont été vendues mais, avec la chute du marché du neuf, le ratio occasion/neuf n'a jamais été aussi élevé. Quand une voiture neuve est vendue, ce sont 3,34 voitures d'occasion qui trouvent dans le même temps preneurs. A titre de comparaison, le ratio était de 2,61 voitures d'occasion pour une neuve en 2019.

Le best-seller du neuf distancé par la Peugeot 207

En regardant le classement des modèles les plus prisés par les acheteurs d'AutoScout24, on constate également des volumes sans commune mesure avec le marché du neuf. La Renault Clio reste en tête, avec 358.160 transactions en 2020 en occasion. En neuf, elle ne s'est vendue qu'à 84.031 exemplaires, soit près de quatre fois moins. Ce chiffre s'explique bien sûr par les nombreuses générations en circulation depuis le lancement de ce modèle... en 1990.

En neuf, bien sûr, on peut acheter uniquement la génération actuellement commercialisée, la cinquième, deuxième des ventes derrière la Peugeot 208 à 92.769 unités.

Pour une Clio neuve achetée, il s'en vendait donc 4,26 d'occasion. Autre chiffre notable: la Peugeot 208 neuve se retrouve distancée par la onzième voiture du classement de l'occasion: la Peugeot 207, vendue neuve entre 2006 et 2014, avec 98.789 unités échangées en 2020.

Un marché très "particuliers"

Pour une comparaison plus juste, il faudrait en outre comparer ces chiffres aux ventes de voitures particulières neuves... à des clients particuliers. En 2020, les particuliers ne représentaient que 47% du marché du neuf en France, le reste se répartissant entre les ventes aux sociétés (hors utilitaires) à 15%, les loueurs courte et longue durée à 20% ou encore les véhicules de démonstration pour les concessions à 16%, d'après les données fournies par AAA Data, spécialiste de la donnée automobile.

Sur ce canal de ventes, c'est la Dacia Sandero qui ressort une nouvelle fois comme la voiture préférée des Français, avec 47.609 exemplaires vendus neufs en 2020. C'est moins que la 25ème et dernière voiture du classement d'AutoScout24, la Mercedes Classe A. Cette dernière s'est vendue à 51.683 transactions en occasion en 2020.

Si le marché du neuf a logiquement été pénalisé par les fermetures d'usines et de concessions lors du premier confinement, ce n'était pas le cas pour l'occasion, avec des transactions entre particuliers qui pouvaient se poursuivre dans cette période où l'économie était globalement paralysée, analyse AutoScout24.

Plus de 630.000 ventes en juillet 2020, un record

Les professionnels de la vente de seconde main ont de leur côté accumulé des stocks mais la (relative) pénurie durant l'été témoigne d'une forte reprise du marché à partir de mai et la levée progressive du confinement.

A tel point qu'il ne s'était jamais vendu autant de voitures d'occasion en France sur un mois, avec 585.744 transactions en juin, battu dès le mois suivant, en juillet, avec 634.841 transactions.

Un bonus pour booster l'occasion électrique en 2021

Autre fait notable en 2020, la poursuite du développement du marché de l'occasion des voitures électriques, qui reste toutefois encore embryonnaire avec 27.901 véhicules vendus, soit 0,5% des transactions.

L'occasion reste encore largement tournée vers le diesel, 3,1 millions d'unités en 2020, devant l'essence, à 2,1 millions d'unités, même si l'hybride (toutes technologies confondues) a dépassé cette année les 100.000 transactions et les 2% de parts de marché. Un verdissement qui s'explique en partie par un effet prime à la conversion, qui permet d'obtenir une aide d'Etat pour l'achat d'un véhicule récent, neuf ou d'occasion.

Les aides de l'État ont eu un effet indirect sur le boost des ventes de véhicules d’occasion: celles-ci ont incité et amplifié la diffusion de modèles plus récents et plus "propres" (les thermiques moins polluants et électriques) en permettant à des ménages plus modestes de considérer ces véhicules, accélérant ainsi la transition écologique souhaitée par le gouvernement", souligne Alexis Harnist, co-fondateur de Trustoo, une start-up française spécialisée dans l'expertise de voitures d'occasion.

L'occasion plus "verte" devrait continuer à se développer en 2021: les ventes de voitures électriques ont représenté 6,7% du marché du neuf l'an dernier, alimentant les occasions du futur, et le bonus écologique permet désormais de profiter d'une aide d'Etat de 1000 euros à l'achat d'une voiture 100% électrique d'occasion.

Avec l'introduction toute récente du bonus écologique sur les véhicules d’occasion, l’État souhaite encore accélérer la transition en démocratisant l’offre des véhicules électriques, qui reste encore à l’heure actuelle une alternative plus coûteuse que le thermique", explique Alexis Harnist.

Pour Vincent Hancart, directeur général d’AutoScout24 en France, le marché de l'occasion devrait retrouver cette année les volumes de 2019. Mais il alerte sur les stocks disponibles, ce qui limite notamment le potentiel sur les modèles électriques et hybrides, plus récents.

En 2021, le marché de l’occasion devrait maintenir de bonnes performances. Il faudra cependant surveiller les stocks disponibles, car le manque de voitures mises en circulation en 2020 risque de peser un peu sur les ventes de jeunes occasions", commente-t-il.
Julien Bonnet, avec Louis Tanca