BFM Auto

Essai - e-208, la première électrique 100% Peugeot

Peugeot lance cet automne la seconde génération de sa citadine polyvalente 208. La vraie nouveauté (en plus du design totalement revu et des nombreuses technologies d’aides à la conduite), c’est l’arrivée d’une version électrique, la e-208.

36 ans après la mythique 205, Peugeot ouvre un nouveau chapitre dans son histoire des petites voitures. La marque française lance actuellement sa première voiture électrique maison: la e-208. Le constructeur adopte ici une stratégie diamétralement opposée à celle de son concurrent Renault. Alors que le Losange dispose de la Zoé, pour l’électrique, et de la Clio pour le thermique, Peugeot propose sa nouvelle 208 avec trois motorisations: diesel, électrique ou essence.

Des formes arrondies qui rappellent la 205, des éléments de déco repris de la 508, la nouvelle 208, ici en électrique, tranche clairement avec l'ancienne version.
Des formes arrondies qui rappellent la 205, des éléments de déco repris de la 508, la nouvelle 208, ici en électrique, tranche clairement avec l'ancienne version. © DP

Mais pourquoi... la Peugeot e-208?

La 208 fait partie des modèles stratégiques chez Peugeot. Depuis l’arrivée de la première génération, en 2012, 2,33 millions de 208 ont été vendues dans le monde. Soit 17,6% des ventes totales de Peugeot entre 2012 et 2018*. Et l’an dernier, ses immatriculations ont encore progressé de presque 5% en France.

Le tropisme de Peugeot pour les petites voitures n’est pas un mystère. C’est la 205 qui sauva (en partie) la marque de la faillite au milieu des années 80. La 208 servit aussi de ballon d’oxygène à PSA lors de la crise du début de la décennie. L’an prochain, Peugeot compte bien sur la e-208 pour affronter le prochain obstacle: les normes environnementales drastiques imposées par l’Europe. Selon des chiffres donnés en mars 2018, le PDG de PSA Carlos Tavares avait annoncé que les ventes de véhicules à batterie du groupe devraient atteindre 7% pour respecter ces nouvelles normes, rappelle le site spécialisé Europe Automotive News.

"25% des pré-commandes de 208 sont électriques, nous confie Jean-Philippe Imparato, directeur de la marque Peugeot. Certes ce sont des early-adopters, et instinctivement, je n’ai aucun doute sur le mouvement qui est en train de se produire. Cela se produit à une vitesse surprenante. En mars au salon de Genève, la majorité des questions portait sur la voiture. Six mois, plus tard, en septembre, 80% des demandes portent sur l’électrique. Entre temps, il y a eu juillet-août, Bolsonaro, le G7, les gamins dans la rue à Francfort".

Au volant

Dans le look, comme dans la présentation intérieure, difficile de distinguer la e-208 de la 208 thermique. La plateforme CMP est utilisée pour toutes les versions. En électrique, la batterie 50kWh est dissimulée dans le plancher. Le groupe motopropulseur a été développé au sein du groupe PSA, avec ici un moteur de 100kW, ce qui fait de la e-208 la plus puissante de la gamme. Elle développe en effet l’équivalent de 136 chevaux maximum, pour un couple de 260Nm. L’incidence des 290 kg supplémentaires, par rapport à la version essence 130 chevaux, ne se fait pas trop sentir. Cette e-208 est particulièrement dynamique, agréable sur route, avec un centre de gravité un peu plus bas. Seul point décevant: un sifflement continu, et des bruits de roulement très présents.

Avec 4,05 mètres de long, la nouvelle 208 est plus grande que la version précédente, qui ne faisait que 3,96 mètres.
Avec 4,05 mètres de long, la nouvelle 208 est plus grande que la version précédente, qui ne faisait que 3,96 mètres. © DP

Côté autonomie, Peugeot promet 340 kilomètres d’autonomie (WLTP). Après avoir multiplié les allers-retours, les petites routes, les chemins de terre, la promesse semble se tenir. Nous n’avons clairement pas eu assez de temps pour tester le système de récupération de l’énergie au freinage, mais nos quelques décélérations laissent entrevoir un système assez efficace. Deux modes sont disponibles. En mode "D" classique, dès qu’on lève le pied, la voiture récupère de l’énergie. En mode "B", la e-208 adopte alors un frein moteur plus puissant, de quoi recharger plus régulièrement la batterie, en décélérant bien plus fort. Ces 340 kilomètres sont un peu en deçà des 400 annoncés par sa grande rivale, la Renault Zoé. L’explication peut venir d’une préoccupation plus grande de Peugeot pour le plaisir de conduite, que pour l’autonomie pure.

Ce qu'on découvre en ouvrant le capot de la e-208. Côté autonomie, Peugeot promet 340 kilomètres d’autonomie (WLTP) pour sa 208 électrique. Le prix de l'installation d'une borne de recharge à la maison est de 915 euros HT, selon les chiffres fournies par Peugeot.
Ce qu'on découvre en ouvrant le capot de la e-208. Côté autonomie, Peugeot promet 340 kilomètres d’autonomie (WLTP) pour sa 208 électrique. Le prix de l'installation d'une borne de recharge à la maison est de 915 euros HT, selon les chiffres fournies par Peugeot. © DP

‘LE’ truc en plus: l’écran en 3D

La toute dernière mouture du i-cockpit donne un aspect très qualitatif à l’habitacle, sur les finitions les plus élevées. Le plus: un écran en affichage 3D derrière le volant (de série sur la version GT Line). Les principales infos sont mises au premier plan, comme la flèche sur la carte GPS, ou la vitesse du véhicule. Les autres données sont en arrière-plan, ce qui donne un ensemble très agréable pour le conducteur. Seul souci: la position de conduite peu évidente sur cette nouvelle 208. Conducteur de petit ou grand gabarit, il s’avère difficile de bien trouver sa position pour profiter de l’affichage digital derrière le volant. Dommage.

La nouvelle 208 dispose d'un écran digital en affichage 3D derrière le volant.
La nouvelle 208 dispose d'un écran digital en affichage 3D derrière le volant. © DP

‘LE’ chiffre: 32.100

C’est en euros le prix de départ de la e-208, sans la déduction du bonus de 6.000 euros. En finition GT Line, elle passe à 35.600 euros, donc 29.600 bonus déduit. Cela donne à finition égale, une 208 électrique 3000 euros plus chère que la version essence (26.300 euros en PureTech 130). Peugeot a donc tenté d’appliquer sa stratégie de non-différenciation thermique/électrique en partie sur la grille tarifaire.

C’était sans compter sur la concurrente directe, la Zoé. Il faut compter 7100 euros de différence entre e-208 GT Line et Zoé R135 Intens, en prix catalogue: la Peugeot coûte 35.600 euros hors bonus, la Renault 28.500 euros. La stratégie de prix presque premium de Peugeot comme les amortissements techniques éprouvés sur la Renault expliquent en partie cette différence. Il faut ajouter au prix de la Zoé la location mensuelle de la batterie, soit 94 euros par mois.

Les comparaisons sur les tarifs ne vont cependant pas s’arrêter là. Il faudra en effet attendre l’arrivée de l’Opel e-Corsa sur le marché, dans quelques semaines. Son prix est pressenti comme inférieur à sa cousine e-208.

Au premier plan, la 208 en version GT Line PureTech 130, en arrière-pla, ; la e-208.
Au premier plan, la 208 en version GT Line PureTech 130, en arrière-pla, ; la e-208. © DP
Notre version à l’essai : Peugeot e-208 100 kW

* selon des données fournies par le constructeur français

Pauline Ducamp