BFM Business

Essai - Alfa Romeo Stelvio, le SUV qui se rêvait break de chasse

Le Stelvio est le premier SUV de la marque italienne Alfa Romeo.

Le Stelvio est le premier SUV de la marque italienne Alfa Romeo. - P. Ducamp

Le Stelvio est le premier SUV d’Alfa Romeo, l’une des pièces maîtresses de la stratégie de reconquête de la marque auprès du public. Pour se démarquer de la concurrence (allemande), Alfa promet une conduite proche de celle d’une berline sportive. Un break de chasse dans le corps d'un SUV, avec une commercialisation qui démarre ce 18 mars en France.

Alfa Romeo, c’est un album photo de famille, des souvenirs de toupie sur la neige, de voitures qui ronronnent. Alors, quand le constructeur italien introduit dans ce cadre un SUV, le Stelvio, c’est comme mettre une photo Instagram dans une boite de polaroïds. On espère conserver l’esthétique de l’ancien, mais avec la qualité moderne. L'alliance des contraires ne va-t-elle pas abîmer les souvenirs?

4,70 mètres de long, 2,82 mètres d'empattement, le Stelvio est aussi gros qu'un Peugeot 5008. L'habitabilité est cependant beaucoup moins importante.
4,70 mètres de long, 2,82 mètres d'empattement, le Stelvio est aussi gros qu'un Peugeot 5008. L'habitabilité est cependant beaucoup moins importante. © P.Ducamp

Mais pourquoi… le Stelvio?

Bon, la qualité et la modernité, chez Alfa Romeo, on ne la voyait clairement pas s’incarner dans un SUV. Une Alfa Romeo, c’est un coupé, une berline, un cabriolet. Oui, mais aujourd’hui, le segment qui plait à tous les clients, quel que soit le continent, c’est le SUV. En 2016, 28,8% des voitures vendues dans le monde étaient des SUV, soit 24,32 millions de voitures selon le cabinet JATO. Qu’à cela ne tienne.

Dans la stratégie du patron de Fiat-Chrysler, la berline Giulia incarne les valeurs, le Stelvio (et deux autres SUV à venir) incarneront eux les volumes de ventes. Après tout, plus de 60% des Porsche vendues dans le monde l’année dernière étaient bien des SUV.

"Nous ne voulons pas uniquement reconquérir les Alfistes, souligne d’ailleurs Fabrizio Curci, directeur d’Alfa Romeo pour l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient. Nous voulons aussi conquérir le segment prestige".

Soit faire de l’ombre aux allemands Audi Q5, BMW X3, Mercedes GLC ou encore aux nouveaux venus Jaguar F-Pace et DS7 Crossback. Pour y parvenir, Alfa Romeo mise sur deux critères: l’aura de sa marque (toujours très forte malgré un manque de produits convaincants ces dernières années), le toucher de route et les nouveaux éléments techniques venus de la berline Giulia (plateforme, moteur et boite automatique 8 rapports).

Deux motorisations sont pour le moment disponibles: un bloc essence 2.0 turbo de 280 chevaux ou un moteur 2.2 turbo diesel de 210 chevaux.
Deux motorisations sont pour le moment disponibles: un bloc essence 2.0 turbo de 280 chevaux ou un moteur 2.2 turbo diesel de 210 chevaux. © P. Ducamp

Au volant

Avec tous ces arguments, au volant du Stelvio, on s’attend à retrouver la férocité de la Giulia. Et le SUV se défend. Il se défend même très bien. Sur la neige, il est sûr et précis, se place au cordeau dans les virages. C’est un bon point pour la nouvelle transmission intégrale baptisée (en toute simplicité) "Q4" (voir "LE" chiffre).

Comme Alfa a soigné la hauteur du SUV, pour améliorer son passage dans les virages et lui éviter de tanguer comme un bus à double étage, le Stelvio offre vraiment une impression de belles sensations de conduite, aidé par son poids de seulement 1,6 tonne (grâce à une structure en aluminium).

On ne se le cache pas, le SUV Alfa est bien plus intéressant équipé du moteur essence de 280 chevaux que du diesel de 210 chevaux, avec en bonus une sonorité plus chantante (peut-être pas suffisante face aux anciennes Alfa, nostalgie quand tu nous tiens). Silencieux (de quoi oublier l’horrible bruit du diesel), il montre aussi parfois quelques faiblesses sur le confort.

Le "virus Alfa" semble bel et bien de retour, tant le Stelvio conserve les qualités dynamiques de la berline Giulia.
Le "virus Alfa" semble bel et bien de retour, tant le Stelvio conserve les qualités dynamiques de la berline Giulia. © P.Ducamp

"LE" truc en plus: les sièges sport

Heureusement, les sièges sport rattrapent le coup. Avec notre pack sport, le SUV propose des sièges enveloppants qui calent comme une sportive. Le Stelvio n’est clairement pas fait pour les familles: le siège enveloppe tellement qu’il est difficile de se retourner vers la banquette. A l’arrière, l’espace est réduit, et certaines finitions laissent parfois à désirer. Les teintes et les matières sont en revanche très belles. Seul point négatif à ce sujet: le logo Alfa Romeo au centre du volant noir et alu. Désolé Alfa, mais où est passé l’ADN vivant et coloré?

L'ergonomie du volant ne semble pas tout à fait pensée: les grandes palettes gènent l'accès aux autres comodos. Et le logo noir et blanc casse l'imaginaire coloré d'Alfa... comme sa carrosserie blanche.
L'ergonomie du volant ne semble pas tout à fait pensée: les grandes palettes gènent l'accès aux autres comodos. Et le logo noir et blanc casse l'imaginaire coloré d'Alfa... comme sa carrosserie blanche. © P. Ducamp
Côté design, le Stelvio rappelle souvent la berline Giulia, comme légèrement surélevée.
Côté design, le Stelvio rappelle souvent la berline Giulia, comme légèrement surélevée. © P. Ducamp

"LE" chiffre : 4

C'est le nombre de roues motrices sur le Stelvio. Pour la performance et l’adhérence, Alfa devait proposer quatre roues motrices. Mais pour garder le côté joueur de ses modèles, le constructeur italien a construit une transmission intégrale, en quelque sorte, variable. La plupart du temps, la majorité du couple (c’est-à-dire la capacité de la voiture à accélérer) est envoyée du moteur aux roues arrière. Le Stelvio est joueur mais reste vigilant. Lorsque la situation devient délicate, le couple est distribué sur les quatre roues.

Notre modèle sur cet essai: Alfa Romeo Stelvio 2.2 turbo diesel de 210 chevaux avec quatre roues motrices, une boite automatique 8 rapports et le sport package.

Caméra de recul, alerte au changement de voie, freinage automatique avec détection de piétons, le Stelvio embarque toutes les aides à la conduite demandées sur ce segment.
Caméra de recul, alerte au changement de voie, freinage automatique avec détection de piétons, le Stelvio embarque toutes les aides à la conduite demandées sur ce segment. © P. Ducamp
Alfa Romeo a souvent cherché à imiter les codes du premium allemand côté design. Pas de panique, ce Stelvio est bel et bien une véritable Alfa.
Alfa Romeo a souvent cherché à imiter les codes du premium allemand côté design. Pas de panique, ce Stelvio est bel et bien une véritable Alfa. © P.Ducamp
Pauline Ducamp