BFM Marseille
Marseille

Grève des éboueurs à Marseille: la préfète de police réquisitionne des agents

Les poubelles s'accumulent dans les rues de Marseille suite à la grève des éboueurs.

Les poubelles s'accumulent dans les rues de Marseille suite à la grève des éboueurs. - Nicolas Tucat - AFP

La grève des agents de collecte, débuté à Marseille le 18 janvier dernier, est la troisième menée par des éboueurs depuis le mois de septembre.

La préfecture de police des Bouches-du-Rhône a annoncé dans un communiqué ce vendredi réquisitionner des agents de collecte des déchets par arrêté du 21 au 24 janvier en raison de la nouvelle grève des éboueurs débutée le 18 janvier à Marseille.

La préfecture justifie cette décision en mettant en avant un nombre important de déchets présents sur la voie publique, ce qu'elle qualifie de "menace pour la salubrité et la sécurité publiques".
En raison de cette nouvelle mobilisation, "des centres de collecte et des garages de camions bennes ont été bloqués", indique le communiqué. D'après la Métropole, 732 tonnes d'ordures étaient encore dans les rues ce vendredi soir, malgré la collecte des poubelles. La Métropole précise que les 1er, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 10e, 11e, 12e et 13e arrondissements sont très touchés, comme les communes d'Allauch et Plan-de-Cuques.

Comme elle le fait régulièrement, la Métropole a mis en place des caissons temporaires pour permettre aux habitants d'y déposer leurs ordures ménagères.

Protocole sanitaire et prime du dimanche

Cette grève survient à l'appel de Force Ouvrière, syndicat majoritaire dans la profession, seulement un mois après la conclusion d'un accord qui avait mis fin au précédent mouvement.

Le syndicat soutient que la Métropole marseillaise ne tient pas l'ensemble des engagements pris pour mettre fin à la grève achevée fin décembre et demande notamment un renforcement du protocole sanitaire des agents dans le cadre de la pandémie.

"Les agents qui sont sur le terrain en première ligne, méritent d'être protégés (...) Aujourd'hui, quand sont publiés les chiffres sur le Covid, on voit qu'il y a des clusters régulièrement dans des secteurs et il semble qu'on s'en fout", avait dénoncé Patrick Rué, le secrétaire général FO des agents territoriaux au micro de BFM Marseille.

Le syndicat réclame par ailleurs le versement d'une "prime de dimanche" qui devait être versée aux éboueurs marseillais travaillant le dernier jour de la semaine et la nuit, selon un accord signé le 20 décembre.

Il s'agit de la troisième contestation de ce type depuis le mois de septembre. Le porte-parole de la Métropole dans ce dossier, Yves Moraine, avait appelé à mettre fin à un "conflit sans issue".

Juliette Desmonceaux