BFM Lyon

Violences contre des pompiers à Villeurbanne: un homme condamné à un an de prison

Justice (Photo d'illustration)

Justice (Photo d'illustration) - AFP

Seul prévenu jugé en comparution immédiate ce vendredi, un garçon de 18 ans a été condamné à un an de prison dont six mois avec sursis pour des tirs de mortier contre des pompiers le 14 juillet.

La décision est tombée tardivement vendredi soir. Un garçon de 18 ans a été condamné en comparution immédiate à un an de prison dont six mois avec sursis et deux ans de mise à l'épreuve. Il était jugé pour avoir participé dans la nuit du 14 juillet à des violences contre des pompiers à Villeurbanne.

Durant une demi-heure, ces soldats du feu avaient essuyé jets de projectiles et tirs de mortier. À la barre du tribunal de Lyon, ils ont témoigné vendredi du piège dans lequel ils sont tombés mardi dernier, en intervenant dans un quartier populaire pour des voitures incendiés.

Un véhicule pillé

Vers 1h30 du matin, ils ont été rapidement pris à partie: pierres, barrières de chantiers, bouteilles d'huile enflammées et mortiers se mettent à pleuvoir. "Ils tiraient sur nous, ça tombait sur nos têtes", a raconté Jérôme Gibert, l'un des responsables cette nuit-là, évoquant un "déferlement" de projectiles.

L'un des véhicules d'intervention est dégradé et pillé, sa clé de contact brûlée, avant que les pompiers ne parviennent à s'enfuir en le remorquant avec un autre. "C'est un miracle qu'il n'y ait pas eu de blessé", estime l'un de leurs avocats, Julien Lambert, sa consoeur Myriam Rey dénonçant "une mise en scène orchestrée" contre les pompiers.

Un "effet de groupe"

Un seul prévenu, arrêté par la police municipale, était jugé vendredi dans cette affaire, en comparution immédiate, pour des tirs de mortier attestés par la vidéosurveillance. Ce jeune bachelier en attente d'une place en BTS a commencé par s'excuser auprès des pompiers. S'il admet avoir tiré dans leur direction, il affirme toutefois qu'il ne les visait pas.

A la question "pourquoi avez-vous tiré?", le mis en cause a répondu ne pas avoir réfléchi. "Y'a eu un effet de groupe", a-t-il poursuivi, sans convaincre.

"Vous n'êtes plus un gamin, vous avez déjà été condamné pour violences (une bagarre en 2016, ndlr). On vous tirerait dessus au mortier, là, vous trouveriez ça rigolo ?", a lancé le procureur qui a requis huit mois ferme, avec mandat de dépôt, à l'encontre de ce "petit voyou".

Des agressions contre les pompiers en hausse

Selon l'avocate du garçon, ce dernier n'était "pas un leader" et 'il "ne peut être tenu pour responsable de tout, alors qu'ils étaient plus de cinquante" impliqués dans l'émeute.

Le tribunal a finalement condamné le jeune homme à six mois de prison ferme en le maintenant en détention. "C'est pas juste, fallait attraper tout le monde", a déploré sa mère à la sortie de l'audience.

Selon l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, 3.411 pompiers se sont dit victimes d'agressions en 2019, un chiffre en hausse de 21%. Cette semaine, l'un d'eux, en intervention dans l'Essonne, a été blessé par un tir d'arme à feu, parmi d'autres violences survenues autour du 14 juillet.

Par B.R. avec AFP