BFM Lyon

Université Lyon 3: une pétition pour réclamer des examens à distance

Les signataires de la pétition craignent de se retrouver dès le mois de décembre dans des amphithéâtres bondés. Ils pointent aussi le décrochage lié aux cours à distance.

Ils assistent aux cours à distance depuis le reconfinement, mais leurs examens de fin d'année pourraient se dérouler en présentiel. Des étudiants de l'université Lyon 3, inquiets d'être obligés de passer leurs examens de fin d'année dans des salles remplies, ont lancé une pétition. Ils réclament une adaptation de ces partiels.

"Allons nous recréer un cluster après le confinement et ainsi remplir à nouveau les hôpitaux? Le gouvernement fait tout pour 'sauver' Noël et permettre aux gens de retrouver leur famille, ce n’est pas contreproductif par nature de réunir tous les étudiants disséminés dans toute la France juste avant?", s'interrogent les signataires.

La crainte de nouveaux clusters

Dans leur texte, les signataires de la pétition demandent la mise en place "d'examens à distance au moins pour les matières mineures". "En prenant en compte ces demandes, l’Université gagnera en clarté, les étudiants vivront plus paisiblement cette période difficile", poursuivent les auteurs.

"On ne peut pas se retrouver comme la dernière fois à 200 dans un amphithéâtre. Il n'y a pas de possibilité d'aérer, ni de respecter les distances", insiste Thomas, un étudiant de l'université, au micro de BFM Lyon.

L'université n'a pas encore décidé

Par ailleurs, en plus du risque sanitaire, les étudiants craignent des partiels trop relevés alors que tous les cours ont lieu à distance depuis plusieurs semaines.

"Il est très difficile de suivre des cours en ligne et de ne pas décrocher", affirme Armen Movsisyan, étudiant et représentant au conseil d'administration de l'université. "Ensuite on va nous demander de venir passer des examens sur place comme si rien ne s'était passé", déplore-t-il.

De son côté, l'université dit n'avoir encore rien décidé pour les examens de fin d'année, même si elle précise que le distanciel est un facteur qui creuse les inégalités.

Corentin Marabeuf avec Benjamin Rieth