BFM Lyon

Téléphérique dans l'ouest lyonnais: vers un abandon du projet?

Jean-Charles Kohlaas, vice-président en charge des déplacements à la métropole, a laissé entendre mardi que l'implantation d'un transport par câble était largement remise en cause face à l'opposition des élus, des associations et des habitants.

Le projet de téléphérique lyonnais sera-t-il finalement enterré? Alors que se tenait mardi une visioconférence dans le cadre de la concertation publique sur le projet de téléphérique dans l'ouest lyonnais, Jean-Charles Kohlaas, vice-président de la Métropole en charge des déplacements, n'a pas fait montre d'un optimisme débordant quant à sa finalisation.

"Les craintes exprimées par les citoyens ont été entendues", a-t-il d'abord assuré. Risque de voir le paysage défiguré, désengorgement seulement partiel des transports existants... autant d'arguments égalements brandis par les mairies de Sainte-Foy-lès-Lyon et de La Mulatière, fers de lance de la contestation. Et Jean-Charles Kohlass d'ajouter:

"La mobilisation massive lors du référendum ne pourra être passée sous silence. Le projet ne se fera pas contre les élus, les associations, les habitants des territoires concernés".

Si la concertation visait initialement à recueillir l'opinion des habitants et de leur soumettre les hypothèses de tracés et d'insertion des stations, elle semble avoir donné le coup de grâce à ce projet phare des écologistes. D'autres réunions publiques sont néanmoins encore prévues dans les prochaines semaines et jusqu'à début février, à Lyon, La Mulatière et Francheville.

"Il n'y aura pas de regrets"

À l'instar de Bruno Bernard, président de la métropole et du Sytral, Grégory Doucet décrivait la semaine dernière l'implantation d'un transport par câble comme une "solution tout à fait intéressante" pour réduire la place de la voiture dans la ville, dans un entretien à Lyon Mag.

Mais il ne semblait pas en faire un cheval de bataille pour autant. "Si c'est abandonné pour de bonnes raisons, il n'y aura pas de regrets", a admis l'édile.

Le métro E comme alternative?

L'abandon possible du projet de téléphérique donne du crédit à la construction d'un métro E. Ardemment défendue par Gérard Collomb, ancien maire de Lyon, et par les maires de Sainte-Foy-lès-Lyon et de La Mulatière, cette ligne relierait Tassin-la-Demi-Lune ou Alaï à Lyon-Bellecour ou Part-Dieu.

De prime abord opposé à ce projet, Bruno Bernard avait affiché en mai dernier son souhait "d'étudier toutes les possibilités". Celle qui sera plébiscitée devrait être annoncée au terme de la concertation, laquelle prendra fin le 15 février.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions