BFM Lyon

Métropole de Lyon: un collectif pour défendre le téléphérique entre Lyon et Francheville

Un collectif de citoyens et d'élus écologistes vient de se créer car ils estiment que les opposants sont trop mis en avant.

La contre-attaque est lancée. Le projet de téléphérique entre Francheville et Lyon, en passant par Sainte-Foy, continue de faire des vagues dans l'Ouest lyonnais. Et ce sont désormais les "pro-téléphérique" qui se font entendre. Un collectif de citoyens et d'élus écologistes vient de se créer car ils estiment que les opposants sont trop mis en avant.

Ils dénoncent notamment "la désinformation et les caricatures" utilisées de la part des "anti-téléphérique". "On a été sidéré par le nombre de choses fausses qui ont été dite (...) dont la maire de Sainte-Foy", explique Alain Nérot, membre du collectif "des futurs usagers du transport par câble aérien".

Le collectif réclame "un vrai débat"

"Atteindre Francheville à La Confluence en 15/20 minutes ce sera totalement imbattable", assure le membre du collectif.

"Quand vous voyez la pente depuis le fort de Sainte-Foy jusqu'à la Confluence, c'est impassable d'avoir un mode autre que la voiture ou le bus (...) on ne pourrait pas faire un tramway", juge Alain Nérot.

Ce collectif favorable au projet réclame donc un "vrai débat". Une vaste concertation doit débuter en novembre pour que chacun puisse donner son avis. En attendant, les opposants eux multiplient les intitiaves pour réclamer l'abandon du projet.

La maire de Sainte-Foy-lès-Lyon riposte

La maire de Sainte-Foy-lès-Lyon, Véronique Sarselli s'est souvent prononcée publiquement contre l'installation d'un transport par câble dans sa commune. Dans une interview à Lyon Mag, elle s'est une nouvelle fois opposée au projet en évoquant "un comité de paille dont les ficelles sont plus grosses que des câbles".

"Une telle initiative permet de mesurer "le soutien" de la population à ce projet de téléphérique" indique l'élue. "Nous constatons que ce collectif politique n'a que 13 membres et que les trois fondateurs sont tous des militants de l'équipe de Bruno Bernard (le président de la Métropole de Lyon et du Sytral)".

La maire LR ironise, "toutefois, même si cette association peut se retrouver dans une cabine de téléphérique, la ville est à leur disposition pour leur prêter des salles comme nous en prêtons déjà à "Touche pas à mon ciel" et à l'AGUPE (association environnementale contre le projet)".

Mélanie Ferreira et Alicia Foricher