BFM Grand Littoral

"Il a complètement oublié Grande-Synthe": le coup de gueule du maire contre Gérald Darmanin

Martial Beyaert, maire PS de Grande-Synthe, a regretté ce mardi que Gérald Darmanin ne soit pas passé dans sa ville lors de sa visite sur la Côte d'Opale vendredi dernier dans un contexte de forte tension migratoire.

Il se sent oublié de l'État. Interrogé sur BFM Grand Littoral ce mardi, le maire PS de Grande-Synthe, Martial Beyaert a regretté que le ministre de l'Intérieur ne soit pas venu dans sa commune lors de son passage sur la Côte d'Opale ce samedi pour rencontrer les forces de l'ordre et prendre le pouls de la tension migratoire.

"Il a complètement oublié la ville de Grande-Synthe. Déjà, il a oublié de répondre à un courrier du 26 septembre que je lui avais adressé au sujet des circonstances de l'augmentation du camp de Grande-Synthe avec 800 migrants sur place, mais aussi l'hiver qui arrive et peu de solutions proposées par les services de l'État ", a déploré l'élu ce mardi.

"J'apprends avec surprise qu'il vient sur le littoral"

"J'avais demandé des moyens supplémentaires au ministre Darmanin, j'apprends avec surprise qu'il vient sur le littoral, qu'il vient sur le Dunkerquois, et qu'il oublie de venir à la rencontre du maire de Grande-Synthe, comme il oublie d'ailleurs d'inviter le maire de Leffrinckoucke, Olivier Ryckebusch, qui est particulièrement touché aussi en ce moment".

Samedi, Gérald Darmanin s'est déplacé à Boulogne-sur-Mer, Calais, Loon-Plage et aux Moëres, mais il ne s'est pas rendu à Grande-Synthe, ville emblématique de la crise migratoire en France, notamment durant la mandature de l'ex-maire socialiste (désormais député européen EELV) Damien Carême entre 2001 et 2019, qui avait fait de l'accueil des réfugiés l'une de ses priorités.

Depuis l'élection de Martial Beyaert en juillet 2019, certaines associations d'aides aux migrants reprochent au nouveau maire d'avoir coupé les liens avec elles. Le camp de réfugiés établi dans la ville, a par ailleurs été démantelé plusieurs fois par les services de l'État, dont le 23 septembre dernier.

En janvier 2020, la secrétaire générale de la sous-préfecture de Dunkerque saluait de son côté dans Le Monde, les meilleures relations entre la mairie de Grande-Synthe et l'Etat depuis l'élection de Martial Beyaert, un maire "plus conciliant" avec qui les relations sont redevenues "normales, constructives et appréciées de part et d'autre".

Darmanin invité à venir à Grande-Synthe

Mais pour le maire de Grande-Synthe le compte n'y est pas. "Avec le sous-préfet on avait réussi à maintenir un camp entre 200 et 250 personnes. Aujourd'hui c'est plus de 800 personnes qui sont à Grande-Synthe dans des conditions sanitaires très difficiles", insiste-t-il sur BFM Grand Littoral.

"Je suis très surpris quand j'entends le ministre Darmanin qui ne parle que de sécurité, que de protection de la mer du Nord mais qui ne parle jamais du statut de réfugié, qui ne parle pas non plus des conditions de vie des réfugiés, des migrants sur le littoral", poursuit encore l'élu socialiste.

Dans un communiqué de presse publié ce lundi par la mairie de Grande-Synthe, Martial Beyaert appelle Gérald Darmanin à venir dans sa commune "ce qu'il n'a encore jamais fait, afin de se rendre compte de la situation locale".

L'élu a également rappelé ses demandes envers l'État concernant l'accueil des réfugiés. Il demande "l’ouverture de centres d’accueil à taille humaine (100 à 150 personnes) disséminés sur le littoral" et "de mettre en place la distribution des repas comme cela se fait sur d’autres territoires." Le maire plaide par ailleurs pour une renégociation des accords du Touquet.

Louis Chahuneau