BFM Grand Littoral

Confinement le week-end dans le Pas-de-Calais: qu'en disent les élus locaux

Des habitants sur la plage de Dunkerque dans le Nord de la France, le 27 février 2021

Des habitants sur la plage de Dunkerque dans le Nord de la France, le 27 février 2021 - FRANCOIS LO PRESTI © 2019 AFP

Le Premier ministre, Jean Castex, annoncera ce jeudi soir le confinement du département le week-end. Si la maire de Calais estimait cette mesure nécessaire, au Touquet le maire dénonce "un deux poids, deux mesures"

Le Pas-de-Calais mis sous cloche le week-end. Sur les 20 départements placés sous "surveillance renforcée" par le gouvernement, le Pas-de-Calais sera le premier à entrer dans une phase de confinement le week-end, pour une durée de quatre semaines. Dans le département, le taux d'incidence est estimé à 406 cas pour 100.000 habitants et où le variant anglais est détecté dans 68% des tests positifs. Cette mesure sera officialisée ce jeudi à l'occasion de la conférence de presse de Jean Castex.

"Les élus, de façon majoritaire, ont considéré que le taux d'incidence, le pourcentage de circulation du variant anglais, la pression sur les hôpitaux et le manque de vaccins n'arrivaient qu'à un dispositif de confinement, a indiqué Natacha Bouchart, maire LR de Calais, ce mercredi matin sur BFMTV.

"Nous allons assumer, mais pas avec réjouissance, pour protéger nos concitoyens", a-t-elle poursuivi, avant de faire état de la saturation des capacités hospitalière de la ville. Et de lancer: "On ne veut pas à avoir à choisir qui a droit à avoir sa vie sauvée".

L'élue demande en contrepartie de ce confinement des garanties sur la vaccination, qu'elle considère "en retard de deux mois". "Nous attendons que la décision, si elle est de quatre semaines, soit aussi forte que la quantité de vaccins arrivant sur le département pour nous permettre d'avoir un planning où on pourrait avoir une vaccination massive", a souligné l'édile ce jeudi.

Incompréhension du maire du Touquet

La veille, c'est une voix discordante qui s'est élevée. Celle de Daniel Fasquelle, maire LR du Touquet. "Ce que je ne comprends pas, c'est ce deux poids, deux mesures," a-t-il soutenu sur BFMTV.

"Nous avons les mêmes taux d'incidence que certains départements d'Île-de-France et on nous impose le confinement dans le Pas-de-Calais alors qu'au motif que ça déplairait aux populations, on n'impose pas le même confinement en Île-de-France. Très franchement, c'est ce que je ne comprends pas", s'est étonné l'élu.

Le confinement maintenu dans le Dunkerquois

Selon Daniel Fasquelle, au cours d'une réunion organisée mardi, le préfet avait assuré n'avoir pas d'autre choix que d'opter pour le confinement et affirmé que le département du Nord, "dans la mesure où les populations sont très imbriquées", ferait le même choix.

"Si, visiblement, on avait le choix, a lancé le maire du Touquet, qui constate que "le Nord n'a pas suivi ce que le Pas-de-Calais va subir".

Dans le Nord cependant, la Communauté urbaine de Dunkerque ainsi que les Hauts de Flandre entameront samedi leur deuxième week-end de confinement localisé. De même pour les habitants de la bande littorale des Alpes-Maritimes.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions