BFM Business

Quand le vaccin de Sanofi sera t-il disponible?

Un flacon avec l'inscription "vaccin contre le Covid-19", à côté du logo de Sanofi, photographiés le 23 novembre 2020

Un flacon avec l'inscription "vaccin contre le Covid-19", à côté du logo de Sanofi, photographiés le 23 novembre 2020 - JOEL SAGET © 2019 AFP

Alors que plusieurs vaccins sont déjà sur le marché, que d'autres vont terminer leurs études de phase III dans les prochains mois pour une commercialisation dans la foulée, le vaccin développé par Sanofi et GSK ne sera disponible qu'en fin d'année.

Coup dur pour le champion français. Mi-décembre, Sanofi annoncait un retard de plusieurs mois pour son vaccin anti-Covid développé avec GSK. Au même moment, Pfizer et BioNTech produisaient déjà les doses de leur vaccin d'une efficacité insolente (95%) tandis que le rival Moderna devrait obtenir le feu vert de l'Union européenne cette semaine. Puis suivront AstraZeneca, CureVac, Janssen, Novavax…

Démontrer l'efficacité de sa nouvelle recette

Parmi les grands laboratoires, Sanofi devrait donc fermer la marche avec une distribution prévue pour la fin d'année. Pourquoi un tel retard? Le laboratoire français a constaté un manque d'efficacité chez les personnes âgées et a décidé de revoir sa recette pour corriger le tir. Mais rien n'est rapide dans le domaine pharmaceutique et le laboratoire, qui a choisi une méthode plus traditionnelle que l'ARN Messager (celle de Pfizer et Moderna), doit donc reprendre ses essais cliniques pour démontrer l'efficacité de sa nouvelle recette.

Les dernières études dites de phase II2 et III prouveront l'efficacité ou non du vaccin. Traditionnellement, elles consistent à comparer deux groupes, l'un recevant le vaccin et l'autre un placebo. Pour la phase dite IIb qui commencera en février, Sanofi a choisi de ne pas travailler avec un groupe placebo, recevant un produit sans aucun effet, mais comparera son vaccin avec "un vaccin COVID-19 déjà autorisé et mis sur le marché pour confirmer sa valeur pour la santé publique", explique l'entreprise.

Pour la phase III qui doit se dérouler au deuxième trimestre, si la phase IIb est concluante, Sanofi n'a pas encore précisé la nature du protocole. Lors de cette phase, les laboratoires Pfizer ou Moderna, par exemple ont prouvé l'efficacité de leur vaccin en travaillant avec un groupe placebo de plusieurs dizaines de milliers de personne. Se pose alors pour le laboratoire français, un problème éthique: peut-il administrer un placebo alors qu'il existe dorénavant sur le marché des vaccins efficaces? Sanofi a l'intention de s'en passer avec l'accord des autorités réglementaires.

Si Sanofi met plus de temps à developper son vaccin, ce n'est pas pour ça qu'il arrivera trop tard ou sera inutile. En réalité, tous les vaccins sont bons à prendre et ils n'auront peut-être pas tous la même efficacité, selon le public visé. En choisissant une technologie bien plus éprouvée que l'ARN Messager (même si le laboratoire développe aussi un vaccin de ce type en parallèle avec TranslateBio), Sanofi pourrait aussi proposer des doses peu chères et faciles à stocker. Après tout, on ignore encore la durée de la protection des premiers vaccins administrés.

"Ce n’est pas une 'compétition' et nous ne connaissons malheureusement pas le contexte dans lequel nous serons dans quelques mois. Nous sommes confiants qu’il y aura besoin de plus d’un vaccin nécessaire pour vacciner l’ensemble de la population mondiale", explique le laboratoire français.

Alternatives ?

On ignore aussi beaucoup de choses sur celui d'AstraZeneca, plus proche de celui de Sanofi (peu cher et facile à stocker). Ainsi, faudra-t-il se vacciner tous les ans ? Dès lors, un vaccin classique prendrait tout son sens, surtout il faut fournir le monde entier.

Sanofi et GSK n'ont d'ailleurs pas l'intention d'abandonner et l'Europe tout comme le laboratoire espère une commercialisation à la fin 2021.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business