BFM Business

CDG Express: Valérie Pécresse demande le report de la ligne rapide entre Roissy et Paris

Le CDG Express doit relier Paris à l'aéroport de Roissy en 20 minutes.

Le CDG Express doit relier Paris à l'aéroport de Roissy en 20 minutes. - JOEL SAGET / AFP

INFO BFM Paris - Valérie Pécresse, présidente d'IDF-Mobilités, demande à l'Etat de suspendre les travaux du CDG Express face à "l'urgence à améliorer les lignes RER et transilien". Les usagers du RER B demandent de leur côté l'abandon complet du projet.

Valérie Pécresse demande ce mercredi à l'Etat le report du CDG Express tant qu'il n'apportera pas de garanties suffisantes pour les autres lignes de transport du réseau francilien. Dans un amendement consulté par BFM Paris et qui sera voté ce mercredi par le Conseil d'administration d'IDF-Mobilités dont elle est la présidente, Valérie Pécresse souligne "l'urgence à améliorer les lignes RER et transilien" et souhaite que la priorité soit donnée à ces lignes déjà existantes.

Le CDG Express doit voir le jour à l'horizon des Jeux olympiques de 2024 et relier l'aéroport de Roissy à Paris en 20 minutes pour un tarif de 24 euros par trajet. Il suivra en grande partie le trajet du RER B et sa construction fait craindre des conséquences sur les lignes en service.

Le CDG Express soit relier Paris à Roissy à l'horizon 2024.
Le CDG Express soit relier Paris à Roissy à l'horizon 2024. © BFM Paris

Un calendrier intenable sans perturber les autres lignes? 

Face à cette crainte, Valérie Pécresse "demande à l'Etat de préciser si le calendrier de mise en service du CDG Express avant les Jeux Olympiques de 2024 est atteignable sans dégrader la qualité de service sur les lignes RER B, H, K, E et P".

Dans le cas contraire, la présidente d'IDF-Mobilités souhaite que l'Etat fixe un nouveau calendrier et que les travaux du CDG Express "soient organisés pour donner la priorité aux travaux nécessaires à la remise en qualité du service des RER B et D". 

Confrontés à des difficultés dans les transports (pannes, retards), les usagers réunis en collectifs réclament d'aller plus loin encore et d'aller jusqu'à l'annulation du CDG Express. Dans une pétition signée par près de 7.000 personnes, des usagers du RER B exigent que les 2 milliards d'euros de budget pour la construction du CDG Express soient plutôt consacrés à l'amélioration de leur ligne, la deuxième la plus fréquentée d'Europe. 

Barthélémy Bolo avec Carole Blanchard