BFM Business

Vente de SFR: Numericable ne compte pas modifier son offre

Numericable et Altice sont actuellement en négociations exclusives avec Vivendi.

Numericable et Altice sont actuellement en négociations exclusives avec Vivendi. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Malgré la surenchère de Bouygues, le câblo-opérateur ne compte pas relever sa proposition pour racheter SFR, rapporte le Wall Street Journal du dimanche 23 mars. Son patron, Patrick Drahi, voudrait toutefois accélérer les négociations avec Vivendi

La nouvelle offre de Bouygues Telecom sur SFR ne fait pas bouger Numericable. Selon le Wall Street Journal daté du dimanche 23 mars, Altice, la maison-mère du câblo-opérateur, Altice, ne compte pas relever son offre pour sécuriser le rachat de SFR à Vivendi.

"L'offre d'Altice a été sélectionnée en prenant en compte tous les critères du conseil de surveillance de Vivendi; ces mêmes critères n'ont pas changé", affirme une source proche du dossier citée par le journal financier.

Le 14 mars dernier, Vivendi est entrée en négociations exclusives avec le groupe dirigé par Patrick Drahi pour lui vendre SFR. L'offre rivale de Bouygues était ainsi écartée. Mais, jeudi 20 mars, cet dernier groupe a décidé de surenchérir, en proposant désormais 13,15 milliards d'euros contre 11,3 milliards auparavant.

Quatre jours pour que Vivendi change d'avis

Vivendi et Altice avaient alors réagi en rappelant qu'elles étaient entrées en négociation exclusives jusqu'au 4 avril. Durant cette phase, Vivendi ne peut pas examiner de propositions concurrentes. Mais, l'offre de Bouygues étant valable jusqu'au 8 avril, l'entreprise disposera de quatre jours pour éventuellement infléchir sa décision.

Selon le Wall Street Journal, Patrick Drahi essaye d'éviter cette possibilité, en tentant de sceller un accord avant la date butoir du 4 avril. Vivendi chercherait, au contraire, à prendre son temps. "Il n'est pas vraiment possible d'imaginer que, par respect pour les actionnaires, le conseil de surveillance ne se donne pas au moins la peine d'examiner pas la nouvelle offre [de Bouygues, ndlr]", explique une source.

Reste à savoir si Altice et Numericable ne vont pas, quand même, tenter de relever leur offre pour assurer la transaction. Avant que Vivendi ne porte son choix sur Numericable, Altice avait, le 14 mars dernier, déjà relevé son offre de 10,9 à 11,75 milliards d'euros. Ce, deux jours après que Patrick Drahi ait déclaré aux Echos qu'il "n'avait pas de raison de modifier [cette offre à 10,9 milliards d'euros]".

J.M.