BFM Business
Entreprises

L'administration valide le plan de départs chez SFR

SFR: l'administration valide le plan de départs

SFR: l'administration valide le plan de départs - Philippe HUGUEN © 2019 AFP

L'administration a homologué ce vendredi le plan de départs volontaires de l'opérateur SFR, en jugeant "régulière" la procédure d'information-consultation des instances représentatives du personnel.

Présenté en mars 2021, le "projet stratégique Transformation et ambitions 2025" de SFR (Groupe Altice, également propriétaire de BFM Business) prévoit de supprimer jusqu'à 2000 postes au sein de l'opérateur, "exclusivement sur la base du volontariat".

Un plan validé par la Direction régionale interdépartementale de l'économie, de l'emploi, du travail et des solidarités : "Considérant que l'employeur satisfait à ses obligations (...), la mise en oeuvre de votre projet peut être engagée", a estimé la Drieets.

La mise en oeuvre de ce plan doit s'étaler sur quatre mois à compter de l'homologation du plan de départs.

Les syndicats opposés

Avocat des trois syndicats représentatifs de SFR (Unsa, CFDT, CFTC), Roger Koskas a dénoncé l'utilisation par l'opérateur de "faux motifs" pour motiver le plan de départs. "Les plans sociaux s'apprécient par rapport aux moyens du groupe", a-t-il insisté. Or au niveau financier, "le Covid n'a rien ralenti, au contraire", a-t-il dénoncé.

"La forme a certainement été respectée, par contre le fond n'y est pas", a regretté de son côté Olivier Lelong (Unsa, 1er syndicat), dont le syndicat pourrait contester la décision de la Drieets devant la justice administrative - une "éventualité", a-t-il affirmé.

Bien qu'elle soit aussi opposée au plan, la CFTC (3e) "n'ira pas au tribunal administratif", dans l'espoir que "le dialogue social s'apaise", selon sa représentante Cécilia Pereira.
Le climat est en effet tendu depuis plusieurs mois entre la direction et les syndicats.

En septembre, le tribunal judiciaire de Paris avait jugé "déloyal" le comportement de l'opérateur dans le cadre du plan de départs. De source syndicale, cette décision pourrait d'ailleurs faire l'objet d'un appel de la direction, qui n'a toutefois pas confirmé l'information vendredi.

"Afin de tenter une ultime négociation" avec les syndicats, SFR avait retiré début octobre sa première demande d'homologation. Le projet d'accord issu de ces tractations n'avait toutefois permis de recueillir que la signature de la CFTC, minoritaire.

S.A avec AFP