BFM Business

SFR-Numericable gagne en rentabilité mais perd des clients

Le titre Numericable-SFR  progressait dans la matinée du mardi 12 mai 2015, à la Bourse de Paris, à l'annonce des résultats du premier trimestre 2015.

Le titre Numericable-SFR progressait dans la matinée du mardi 12 mai 2015, à la Bourse de Paris, à l'annonce des résultats du premier trimestre 2015. - AFP Fred Dufour

Sur son premier trimestre entier depuis la fusion, l'opérateur affiche un Ebitda de + 21 %. Mais, il a perdu  450.000 clients mobiles et 200.000 clients ADSL en un an.

Numericable-SFR affiche ses premiers résultats trimestriels 2015 contrastés, plutôt bons sur le plan financier mais mitigés sur le plan commercial.

L'opérateur, contrôlé par Altice, a affiché, au premier trimestre 2015, un bénéfice net de 816 millions d'euros. Ce bon résultat est dû à deux effets positifs ponctuels : un produit financier de 643,5 millions d'euros (lié à l'annulation d'une dette due à Vivendi) et un produit d'impôt de 40,5 millions d'euros. Hors ces éléments exceptionnels, le bénéfice net du groupe ressort plus modestement à 132 millions d'euros.

Le nouvel ensemble, issu de la fusion entre SFR et Numericable, a vu son résultat brut d'exploitation ajusté (Ebitda) progresser de 21% à 930 millions d'euros (872 millions en données publiées), selon des résultats proforma retraités à la suite de l'acquisition de SFR. La croissance de ce résultat lui a permis de réduire son ratio d'endettement, avec une dette qui s'établit désormais à 10,715 milliards d'euros.

Les synergies nées de la fusion ont été meilleures que prévu

Numericable-SFR explique ces bons résultats par les synergies plus importantes que prévu, mises en oeuvre dès le premier trimestre 2015. Il a aussi mis en place un programme drastique de réduction des coûts, en faisant pression sur ses fournisseurs ainsi qu'une hausse de certains tarifs. Cela lui permet d'être en avance sur son objectif initial de 1,1 milliard d'euros de synergies brutes annuelles à l'horizon 2017.

Le chiffre d'affaires proforma s'est, en revanche, replié de 4,6% à 2,740 milliards d'euros. Cette baisse est essentiellement due à l'érosion des revenus issus de ses clients mobiles, tant sur le segment du résidentiel que sur celui de l'entreprise.

Au 31 mars 2015, le parc mobile total du groupe était de 22,494 millions de clients, en baisse de 2,5% par rapport au 1er trimestre 2014, soit, en valeur absolue une perte annuelle nette de près de 450.000 clients. Le nombre total de clients grand public s’établit à 15,816 millions, soit une baisse de 5,7%.

Très forte baisse des clients mobiles en prépayé

L’essentiel de ce recul est à imputer au prépayé, en chute de 19%, estime l'opérateur. Seule note positive, le revenu moyen par abonné (ARPU) mobile sur les clients au forfait, a enrayé sa chute, à 25,5 euros au premier trimestre 2015 contre 25,9 euros au 4ème trimestre 2014.

Sur les réseaux fixes haut débit, au 31 mars 2015, le parc d’abonnés ADSL (hérité de SFR) a décru de 4% pour atteindre 4,925 millions clients au 31 mars 2015, soit 200.000 de moins en un an. Cette décroissance va se poursuivre en 2015, selon l'opérateur, qui parie sur la migration de ces clients vers son réseau haut débit en fibre optique.

Le parc d’abonnés très haut débit fixe (30Mbit/s et plus) a crû de 6,7% pour atteindre 1,595 million de clients. Le revenu moyen par abonné (ARPU) fixe a légèrement progressé de 0,9% en un an, à 34,40 euros.

Frédéric Bergé