BFM Business

SFR-Numericable: l'Autorité de la concurrence place des bureaux sous scellés

Numericable avait racheté SFR en 2014.

Numericable avait racheté SFR en 2014. - Phillipe Huguen - AFP

L'Autorité de la Concurrence a ordonné la mise sous scellé de locaux des deux groupes télécoms, dans le cadre d'une enquête portant sur le rachat par Numericable de SFR, ce jeudi 2 avril.

L'Autorité de la concurrence a placé jeudi sous scellés des bureaux de SFR et Numericable, dans le cadre d'une enquête sur les conditions de rachat de l'opérateur mobile par Numericable, a-t-on appris de sources syndicales, un message interne de la direction de Numericable-SFR confirmant cette information.

Dans un message adressé aux salariés, transmis à l'AFP, la direction de la communication interne du groupe Numericable-SFR, confirme l'intervention, relayée par la CFDT et l'Unsa, en évoquant "la mise sous scellés de certains bureaux" au siège.

Interrogée par l'AFP, l'Autorité de la Concurrence a reconnu "avoir mené des opérations de visite et de saisie dans le secteur des télécoms" mais s'est refusée à tout autre commentaire.

Selon Le Monde, SFR Numericable pourrait risquer une amende de 5% de son chiffre d'affaires, ce qui correspondrait à 500 millions d'euros, mais la fusion ne serait pas remis en cause.

Le quotidien explique que les deux groupes n'avaient, avant le 27 octobre , pas le droit de travailler directement à la fusion. Or des plaintes de concurrents auraient éveillé les soupçons de l'Autorité de la Concurrence. Ces concurrents mettraient en cause des offres sur le fixe commercialisées dès le mois de novembre. Cette date de commercialisation montrerait que les équipes de SFR et Numericable ont forcément dû travailler ensemble.

Les salariés "surpris"

Dans son message, la direction du groupe indique qu'"afin de s'assurer du respect des conditions de rachat de SFR par Numericable Group, l'Autorité de la Concurrence mène actuellement une enquête avec la DGCCRF", chargée de la répression des fraudes.

"Dans le cadre de cette enquête, une intervention a lieu au siège de l'entreprise, avec la mise sous scellée de certains bureaux", ajoute le groupe. Selon Olivier Lelong (CFDT) et un responsable de l'Unsa, l'opération était menée simultanément au siège de SFR à Saint-Denis et celui de Numericable à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne).

"On est tous très surpris", a commenté le responsable CFDT. Altice/Numericable a acquis SFR, la filiale télécom de Vivendi en mars 2014, après un duel avec Bouygues Telecom.

J.M. avec AFP