BFM Business
Industries

Invincibles, hypersoniques ou invisibles: ces armes que la Russie a mis au point en une décennie

La Russie dispose d'un arsenal composé d'armes technologiques redoutables mises au point depuis plus d'une décennie.

La Russie utilise dans son offensive contre l'Ukraine une partie de sa nouvelle génération de missiles, qualifiés d'"invincibles", d'"hypersoniques", à portée illimitée ou invisibles des radars, quatre ans après avoir été dévoilés par Vladimir Poutine.

• Avangard, missile "invincible"

Les missiles hypersoniques russes Avangard ("avant-garde" en russe) sont capables de changer de cap et d'altitude à très haute vitesse, les rendant "pratiquement invincibles" selon Vladimir Poutine, qui compare la percée scientifique et militaire de leur développement "à la création du premier satellite artificiel de la Terre", le fameux Spoutnik.

Testés avec succès en décembre 2018, leur vitesse a alors atteint Mach 27, soit 27 fois la vitesse du son. Ils ont réussi à toucher une cible située à environ 6000 km, selon le ministère russe de la Défense. Ils ont été mis en service en décembre 2019.

• Kinjal, "poignard" hypersonique

Utilisés pour la première fois vendredi par l'armée russe, les missiles hypersoniques Kinjal ("poignard" en russe) ont permis selon Moscou la destruction d'un entrepôt souterrain d'armements dans l'ouest de l'Ukraine.

Ce type de missiles, très manoeuvrable, est censé défier les systèmes de défense anti-aérienne. Ils ont atteint, lors des essais, toutes leurs cibles à une distance pouvant atteindre 1.000 à 2.000 km. Ils équipent les avions de guerre MiG-31. Leur emploi en Ukraine est une première mondiale pour un armement hypersonique, selon des experts.

• Sarmat, du pôle Nord au pôle Sud

Le missile lourd balistique intercontinental de cinquième génération Sarmat est censé lui aussi échapper aux défenses antimissiles. D'un poids dépassant 200 tonnes, il est plus performant que son prédécesseur - le missile Voïevoda d'une portée de 11.000 km - et "n'a pratiquement pas de limites en matière de portée", selon M. Poutine, qui l'a jugé à même de "viser des cibles en traversant le pôle Nord comme le pôle Sud".

• Peresvet, laser de combat

Les caractéristiques techniques des systèmes laser de combat Peresvet (du nom d'un moine guerrier du XIVe siècle) sont secrètes. Ils sont prêts au combat depuis décembre 2019, selon le ministère de la Défense.

• Poséidon, drone sous-marin

Le Poséidon, drone sous-marin élaboré pour la dissuasion nucléaire russe, sera capable de se déplacer à plus d'un kilomètre de profondeur, à une vitesse de 60 à 70 noeuds, tout en restant invisible pour les systèmes de détection, selon une source au sein du complexe militaro-industriel russe, citée par l'agence officielle TASS.

Des tests du système Poséidon ont eu lieu au printemps 2020 pour équiper à terme le sous-marin nucléaire Belgorod, navire qui a été mis à l'eau en 2019 mais dont la mise en service a été repoussée, selon l'agence Tass, au moins jusqu'à l'été 2022.

• Bourevestnik, l'oiseau de tempête

Là aussi d'une "portée illimitée", toujours selon Vladimir Poutine, et capables de surmonter quasiment tous les systèmes d'interception, les missiles de croisière Bourevestnik (un oiseau de mer dont l'étymologie russe est le mot "tempête") à propulsion nucléaire sont en cours de développement par l'armée russe. Leurs caractéristiques techniques sont secrètes.

• Zircon, missile marin "invisible"

Le premier tir officiel du missile hypersonique Zircon (du nom d'un minéral utilisé en joaillerie) date d'octobre 2020. Il vole à Mach 9 pour atteindre des cibles maritimes comme terrestres. Fin décembre 2021, Vladimir Poutine a annoncé un premier tir d'essai réussi d'une salve de Zircon. D'autres essais ont eu lieu depuis octobre 2020 dans l'Arctique russe, notamment à partir de la frégate Amiral Gorchkov et d'un sous-marin immergé.

PS avec AFP