BFM Business
Energie

Nucléaire: l'Allemagne ne prolongera finalement pas la durée de vie des centrales malgré la guerre en Ukraine

Après un audit, le gouvernement allemand affirme qu'une prolongation des trois dernières centrales du pays "ne pourrait apporter qu'une contribution très limitée à la résolution du problème" de la dépendance énergétique à la Russie.

La guerre en Ukraine a mis en lumière la dépendance énergétique de l'Europe à la Russie. Le pays est en effet le premier fournisseur de gaz naturel des Vingt-sept avec 40% des importations, et le deuxième fournisseur de pétrole, avec 20% des importations. Tous les pays ne s'y approvisionnent pas de manière égale.

L'Allemagne est particulièrement dépendante du gaz, du pétrole et du charbon russes. C'est pourquoi le gouvernement d'Olaf Scholz n'est pas favorable à un embargo sur les énergies russes, qui interdirait leur importation dans le but de frapper Moscou au portefeuille.

L'Allemagne a renoncé au nucléaire après l'accident de Fukushima et prévu de fermer progressivement tous ses réacteurs. Les trois dernières centrales du pays seront mises hors service cette année.

Face à la guerre en Ukraine, la prolongation de leur durée de vie a été un temps envisagée, notamment pour éviter des coupures d'électricité l'hiver prochain. Mais ce mardi, le gouvernement allemand a finalement balayé cette hypothèse.

Prolongation "pas recommandée"

Le ministère de l'Environnement et celui de l'Economie et de la protection du climat avaient lancé un audit sur l'allongement de la durée de vie du nucléaire. Ses conclusions sont sans appel.

"Une prolongation des délais ne pourrait apporter qu'une contribution très limitée à la résolution du problème, et cela à des coûts économiques, des risques constitutionnels et sécuritaires très élevés", indique le communiqué des deux ministères.

"Après avoir pesé les avantages et les risques, une prolongation de la durée de vie des trois centrales nucléaires restantes n'est pas recommandée", est-il écrit.

L'Allemagne se penche désormais sur des solutions pour réduire sa dépendance vis-à-vis des importations en provenance de la Russie, et entend poursuivre l'expansion des énergies renouvelables.

Dans son communiqué, le gouvernement aussi tient à rassurer la population et affirme avoir pris ses précautions sur les réservoirs de stockage de gaz qui sont remplis. Des réserves de charbon ont également été créées. Quant aux importations, les fournisseurs d'énergie ont déjà diversifié leurs approvisionnements.

Ce mardi, les Européens ont aussi annoncé une série de mesures pour réduire leur dépendance aux énergies fossiles russes, alors que les Etats-Unis ont annoncé un embargo sur les importations de pétrole depuis la Russie.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech