BFM Business
Economie et Social

Bruno Le Maire veut imputer les recettes des taxes des énergies fossiles sur les énergies vertes

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à Paris, le 18 novembre 2021

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à Paris, le 18 novembre 2021 - Eric PIERMONT © 2019 AFP

Bruno Le Maire se dit prêt à flécher les recettes fiscales engrangées grâce aux énergies fossiles vers le financement des énergies renouvelables.

Le ministre de l’Economie se dit prêt à examiner la possibilité de flécher les recettes fiscales des taxes sur les énergies fossiles vers le budget consacré au développement des énergies renouvelables. Invité de CNews ce vendredi, Bruno Le Maire exclut une baisse de la fiscalité sur les carburants.

“Est-ce que l’on veut vraiment baisser la fiscalité sur les énergies fossiles? Est-ce que c'est vraiment la bonne politique pour nous aider à accélérer la transition écologique?", s’est-il interrogé, arguant du fait que cette solution entrerait en contradiction avec la volonté d’accélération de la transition écologique du pays.

"Chaque euro de recette fiscale sur l'essence, sur le diesel, sur le gaz"

Le locataire de Bercy a toutefois assuré ne pas prendre à la légère la flambée inédite des prix des carburants.

“Oui, l’essence atteint des prix records. Je suis l’évolution des prix tous les jours”, a-t-il répondu.

Ce n’est pas la première fois que Bruno Le Maire défend cette idée de fléchage des taxes sur le fossile vers le renouvelable. En octobre dernier, à l’occasion du colloque sur le changement climatique et la finance, le ministre de l’Economie avait déjà esquissé cette hypothèse.

"Si nous garantissons à nos compatriotes que chaque euro de recette fiscale sur l'essence, sur le diesel, sur le gaz, sur le fioul sera affecté, en toute transparence et à l'euro près, à la lutte contre le réchauffement climatique, je suis convaincu que cela facilitera le financement de la transition écologique et rendra la fiscalité actuelle plus acceptable", avait-il avancé.

Tout euro gagné réaffecté vers le vert

Il semble toutefois faire un pas de plus vers cette proposition ce vendredi en martelant qu’il est prêt s’”engager” à réaffecter ces recettes vers la lutte contre le réchauffement climatique. Il précise que ce principe concernerait “tout euro gagné par une taxe sur les carburants”.

"Je suis prêt à regarder cette idée-là et dire désormais que tout euro gagné sur les énergies fossiles (...) ira directement, exclusivement et totalement à la transition écologique".

Ces recettes de l’Etat sur les énergies fossiles sont estimées entre 30 et 35 milliards d’euros. Il s’agit de l’addition des taxes spécifiques sur les carburants dont la TICPE (Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) et de la TVA.

Les premières remplissent les caisses de l’Etat à hauteur d'environ 20 milliards d’euros. Les recettes de la taxe sur la valeur ajoutée, elles, avoisinent les 15 milliards d'euros, d'après les chiffres de consommation donnés par l'industrie relayés par Les Echos.

Le ministre ferme la porte à une baisse de taxe

Bruno Le Maire s’était déjà opposé à une baisse de la fiscalité sur les carburants pour une raison budgétaire. Il rappelait qu’une baisse de 10 centimes des taxes aurait un coût de 5 milliards d'euros pour les caisses de l'Etat. Il a martelé ce vendredi qu'une baisse de la fiscalité coûterait "des dizaines de milliards d'euros à l'Etat" et se verrait "assez peu dans la poche des Français".

Il a en outre rappelé que le gouvernement a déjà fait des gestes pour permettre aux Français d’alléger la facture de carburant au travers de l'indemnité inflation, du chèque carburant, du plafonnement de la hausse du prix du gaz ou du relèvement du forfait kilométrique pour ceux qui roulent le plus.

Sofiane Aklouf