BFM Business

Chute du cours du pétrole: quel impact à la pompe?

Les prix à la pompe baissent toujours moins vite et moins fort que le cours du pétrole brut.

Les prix à la pompe baissent toujours moins vite et moins fort que le cours du pétrole brut. - Eric Gaillard - Reuters

Les cours du pétrole brut, en baisse depuis une semaine, sont actuellement à leur plus bas niveau depuis 2012. Cette baisse impacte les prix à la pompe, mais dans une moindre mesure. Voici pourquoi.

En dépit des tensions au Moyen-Orient, le prix du pétrole chute ces derniers temps. La hausse surprise des stocks américains et la faible reprise mondiale ont entraîné, depuis la mi-juin, un plongeon de plus de 20% du cours du baril de brut. La semaine dernière, celui de WTI a atteint son niveau le plus bas depuis juin 2012. A la pompe, les automobilistes constatent bien une baisse, mais largement moins conséquente que celle du pétrole avant raffinage. 

Selon les données compilées par l'Union française des industries pétrolières (Ufip), le cours du baril de Brent de Mer du Nord est ainsi passé d'à peu près 80 euros début août à 65 euros mercredi. Soit une baisse de 19,75%. Sur la même période, le prix moyen du gazole en station-service, calculer par le ministère de l'énergie, est passé de 1,295 euro le litre début août à 1,254 le 22 octobre. Soit une baisse de… 3%.

Des hausses et des baisses qui s'annulent

Comment expliquer un tel écart? "Cette semaine, les prix fluctuent", avance Pierre Terzian, directeur de Pétrostratégies. "Un jour le cours augmente, le lendemain il diminue. Et puis les prix sont remontés depuis vendredi", continue-t-il.

Or "il faut quelques jours pour qu'une évolution du prix du brut, à la hausse ou à la baisse, impacte les prix des produits raffinés", explique le spécialiste pour qui les fluctuations de ces derniers jours font que "hausses et baisses se neutralisent".

L'explication pourrait convenir pour une analyse à court terme. Mais les chiffres montrent une vraie tendance à la baisse depuis plusieurs mois. L'Ufip, de son côté, souligne que les "cours du pétrole et des produits raffinés sont deux marchés différents".

Le poids des taxes et de la logistique

D'abord, il faut un certain temps pour que l'évolution du cours sur les marchés ait un effet sur les prix à la pompe. Un délai que l'organisation chiffre à "une dizaine de jours".

Quoi qu'il en soit, la baisse des prix en station-service sera toujours bien moindre que celle du cours, pointe la fédération des industriels français du pétrole. Pour la simple raison que, dans le prix du produit raffiné, seul un tiers représente le coût du carburant.

"Le reste, ce sont les taxes –TVA ou Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétique (TICPE) - ou la logistique - dépôts pétroliers, transports par camions, etc.", détaille l'Ufip. Ainsi, si le cours recule de 10%, le prix à la pompe ne pourra pas atteindre plus de 3% de baisse, puisque le taux de taxe et le montant de la logistique, eux, ne bougent pas.

Nina Godart