BFM Business

Netflix: le lancement en France se précise

Le californien proposera une série française exclusive en 2015

Le californien proposera une série française exclusive en 2015 - -

Les contours de l'offre lancée en France cet automne se précisent. Elle sera similaire à celles des autres pays européens, mais respectera la chronologie française des médias.

Netflix débarquera en France à l'automne. Mais d'ores et déjà, les contours de ce lancement se précisent peu à peu.

D'abord, le service de vidéo-à-la-demande devrait être proposé aux mêmes prix qu'ailleurs en Europe, a-t-on appris: 7,99 euros par mois pour une définition standard; ou 8,99 euros pour une haute définition et une réception sur deux appareils; ou encore 11,99 euros pour une haute définition reçue sur quatre appareils.

L'objectif est que l'offre soit accessible sur le plus de terminaux possibles: ordinateur, TV connectés, et aussi TV sur ADSL. Des discussions sont en cours en ce sens avec tous les fournisseurs d'accès internet, sans volonté de conclure un accord exclusif avec un seul.

Une série originale française en 2015

L'offre devrait monter progressivement en puissance, avec un nombre d'oeuvres doublant au bout d'un an.

Comme ailleurs en Europe, l'offre devrait être composée à 80% de production hollywoodienne, et à 20% d'oeuvres européennes.

Comme ailleurs, le catalogue proposé devrait être majoritairement composé de séries, avec 2 séries américaines exclusives par mois en moyenne -essentiellement les séries produites pour Netflix (comme Orange is the new black), mais aussi quelques séries exclusives achetées à des networks américains (comme Better call Saul d'AMC, la spin off de Breaking bad). En revanche, les nouvelles saisons d'House of cards resteront bien chez Canal Plus. Et il y aura bien sûr une série originale française, sans doute tournée à Marseille, qui devrait être disponible en 2015.

Côté cinéma, l'offre comprendra des films vieux de plus de trois ans. En effet, le californien a décidé de respecter les délais en vigueur en France -la fameuse "chronologie des médias".

Contrats avec les Pays-Bas

Il n'y était pas forcément obligé. En effet, le service sera fourni non depuis la France, mais depuis les Pays-Bas. Et il ne sera donc pas soumis ni à la réglementation, ni à la fiscalité française.

Toutefois, le siège néerlandais restera léger, et ne devrait employer qu'une vingtaine de personnes.

Jamal Henni