BFM Business

Netflix débarque en France

Le site américain Netflix devrait bousculer le secteur audiovisuel français.

Le site américain Netflix devrait bousculer le secteur audiovisuel français. - Jonathan Nackstrand - AFP

Le site américain de vidéo-à-la-demande propose dès ce lundi un vaste catalogue de séries et de films. Il vise 2 millions d’abonnés en cinq ans.

L’américain Netflix débarque enfin en France ce lundi, et compte bien bouleverser le secteur audiovisuel français. Le site de VOD devrait en effet proposer une offre de vidéo illimitée à moins de 10 euros par mois, mais uniquement par Internet pour l'instant. Aucun accord n'a en effet pu être trouvé avec Free, Orange, ou Numericable. Bouygues Télécom, de son côté, a annoncé lundi qu'il proposerait les services de Netflix "dès novembre".

Un handicap sur un marché français ou plus de trois quarts des foyers regardent la télévision via des box ADSL, câble ou satellite. Mais Netflix a pour atout son vaste catalogue de séries et films américains et un puissant moteur de recherche et de suggestions. Il vise ainsi 2 millions d'abonnés en France dans les 5 ans.

Un modèle plébiscité aux Etats-Unis

Netflix et ses équivalents sont aux films et aux séries ce que le service musical en ligne Deezer est à la musique: des vidéos où on veut, quand on veut et autant qu'on veut. L'antithèse de la télé à heure fixe ou de l'achat de films à la pièce. Un modèle low-cost déjà plébiscité par 36 millions d'Américains.

Ce débarquement a d’ailleurs eu pour effet de réveiller le marché balbutiant de la vidéo sur abonnement (SVOD) en France, où les opérateurs préféraient promouvoir la vidéo à la carte, bien plus lucrative.

Les concurrents de Netflix dégainent

Ces derniers jours, plusieurs concurrents français ont ainsi dégainé. Canal+, dont la télévision payante à 40 euros par mois est pourtant concurrencée par ce modèle, a renforcé son offre illimitée CanalPlay, déjà forte de 520.000 abonnés. Ce service bon marché est pour l'instant déficitaire, tout comme Netflix ailleurs qu'aux Etats-Unis.

Numericable, de son côté, va lancer "Sérieflix", centrée sur les séries, et SFR multiplie les forfaits mensuels. Orange, quant à lui, propose l'offre de la plateforme Jook, et son bouquet OCS a lancé OCS Go. Sans oublier des indépendants comme FilmoTV, ainsi que les géants japonais Rakuten et américain Amazon qui veulent aussi se lancer en France.

De quoi doper un marché de la vidéo sur abonnement qui, en 2013, ne représentait que 28 millions d'euros, selon les cabinets NPA Conseil et GFK, dix fois moins que la vidéo à la carte.

Y.D. avec AFP