BFM Business

Retraite: le Medef fait sa rentrée et hausse le ton

L’organisation patronale tient à partir d’aujourd’hui et jusqu’à jeudi 29 août sa première "Rencontre des entrepreneurs de France" (REF).

L’organisation patronale tient à partir d’aujourd’hui et jusqu’à jeudi 29 août sa première "Rencontre des entrepreneurs de France" (REF). - Jacques Demarthon - AFP

Le Medef tient à partir d’aujourd’hui et jusqu’à jeudi 29 août son université d'été nouvelle version. Avec au cœur des débats la réforme des retraites.

Nouveau décor pour l'université d'été du Medef. L'organisation patronale tient à partir d’aujourd’hui et jusqu’à jeudi 29 août sa première "Rencontre des entrepreneurs de France" (REF). Une université d’été nouvelle version, largement consacrée aux grands débats de société à l’heure où celui sur la réforme des retraites bat son plein.

"No(s) futur(s)": le titre de l'événement se veut à la fois un clin d'œil au mouvement punk d'il y a 40 ans et à sa contestation de l'ordre établi, mais apparaît aussi tel un message d'espoir porté par les entreprises.

"L'idée libérale n'est pas obsolète mais elle doit se réinventer comme elle l'a toujours fait. C'est à nous de proposer des solutions", tweetait mardi 27 août le président de la première organisation patronale française, Geoffroy Roux de Bézieux.

"Redonner du dynamisme" à l'événement

Le rendez-vous de rentrée du Medef quitte le campus d'HEC à Jouy-en Josas, où il se tenait depuis 1999, pour l'hippodrome de Paris-Longchamp, dont le bâtiment flambant neuf répond aux dernières normes environnementales, sans climatisation".

Après une polémique au début de l'été provoquée par l'invitation à une table ronde sur les populismes de la figure de l'extrême-droite Marion Maréchal, le président du Medef souhaite en cette rentrée 2019 "redonner du dynamisme" à l'événement, par un "retour aux sources", avec des débats à la fois ouverts et contradictoires. Les patrons sont invités à "se préoccuper de questions qui touchent à la société en France et à l'international et qui n'affectent peut-être pas déjà quotidiennement leur business mais l'impacteront dans les années à venir".

Climat tendu sur les retraites

Mais au-delà de ces ambitions, la réforme des retraites, notamment la problématique qui entoure l'âge pivot, constitue un important point de désaccord entre l'organisation patronale et le gouvernement. Relever l'âge de départ à la retraite via l'âge pivot est la seule "bonne solution", a-t-il assuré lors de son discours d'ouverture.

"La seule logique de la durée de cotisation ne suffit pas […]. Nous sommes prêts à prendre en compte les carrières longues […], mais il est indispensable de bouger le paramètre de l'âge, et la solution qu'avait trouvée Jean-Paul Delevoye – qui n'était pas celle qu'on avait préconisé au départ – de mettre un âge pivot, c'est vraiment la bonne solution […]. C'est seulement à ces conditions que le Medef soutiendra cette réforme ambitieuse et nécessaire", a déclaré la patron du Medef.

Geoffroy Roux de Bézieux accusait la veille Emmanuel Macron de "mentir par omission aux Français dans un système par répartition", car "avec la démographie que l'on connaît et l'espérance de vie qui continue à monter, il n'y a pas 36 solutions. Il faudra travailler plus longtemps". 

J.C-H avec AFP