BFM Business

Nouvelle réforme des retraites: les pistes envisagées par le gouvernement

Les régimes des retraites pourrait finalement ne pas être à l'équilibre cette année.

Les régimes des retraites pourrait finalement ne pas être à l'équilibre cette année. - Joel Saget-AFP

Si Emmanuel Macron a enterré la polémique réforme qui avait causé près de deux mois de conflits sociaux juste avant l'épidémie de Covid-19, il reste déterminé à s'attaquer au sujet sous une forme différente.

Il y a quelques jours, lors d'un déplacement à Martel dans le Lot, Emmanuel Macron s'est exprimé sur la réforme des retraites. "Je ne pense pas que la réforme initialement envisagée puisse être reprise en l'état", a assuré le président de la République. "Je vais être franc. La réforme était ambitieuse, extrêmement complexe, et du coup, elle était porteuse d'inquiétudes. Il faut le reconnaître".

Cette réforme, qui avait provoqué avant l'épidémie de Covid-19 deux mois de fronde syndicale et politique, a été "suspendue" mi-mars 2020 après son adoption en première lecture à l'Assemblée nationale.

Le texte prévoyait un nouveau système de retraite "universel" et par points, avec des droits sociaux identiques pour tous, mais aussi un "âge d'équilibre" très controversé.

Par quoi le remplacer? Selon Le Parisien, l'exécutif planche sur plusieurs scénarios. Le gouvernement pourrait abandonner son approche systémique avec le système par points pour finalement revenir à une réforme paramétrique permettant de générer des économies immédiates. Rappelons que selon le Conseil d'orientation des retraites, le déficit des retraites est estimé à 20 milliards d'euros pour 2020.

Relèvement de l'âge légal à 64 ans

Une note datant de début 2020 de la direction de la Sécurité sociale intitulée "Devenir du projet de réforme des retraites" propose justement cinq solutions alternatives. L'une d'entre-elles prévoit le relèvement de l’âge légal de départ à 64 ans, "soit trois mois par génération à partir de la génération de 1962".

Est également envisagée, la mise en place d'un âge minimal à partir duquel un salarié pourrait partir sans décote, mêlée à une baisse de l’âge du taux plein. Concrètement, il faudrait travailler jusqu’à 64 ans minimum pour percevoir sa retraite à taux plein (contre 62 aujourd’hui). En revanche, le taux plein sera obligatoirement atteint à 65 ans, au lieu de 67 ans actuellement.

Ce scénario de recul à 64 ans permettrait d'économiser 5,8 milliards d'euros à l'horizon 2027. Il serait privilégié par l'Elysée, avancent nos confrères.

Une accélération de la réforme Touraine figure aussi parmi les options possibles. La durée de cotisation augmenterait d’un trimestre supplémentaire par génération pour arriver plus vite aux 43 et 44 ans de cotisations, alors que le calendrier actuel prévoit un trimestre supplémentaire tous les trois ans.

Toujours selon Le Parisien, ces nouvelles propositions seraient dévoilées aux partenaires sociaux lors d'une conférence sociale cet été.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business