BFM Business

Le PDG de la Fnac se félicite de son parcours en Bourse

Alexandre Bompard, le PDG de la Fnac, se dit satisfait du parcours en Bourse du groupe.

Alexandre Bompard, le PDG de la Fnac, se dit satisfait du parcours en Bourse du groupe. - -

Alexandre Bompard, le PDG de la Fnac, s'est enthousiasmé dimanche 1er décembre du parcours boursier du distributeur de produits culturels, qui atteste selon lui du regain de confiance des investisseurs.

Six mois après l'arrivée de la Fnac en Bourse, le bilan est positif pour Alexandre Bompard. Le PDG de l'enseigne, invité dimanche 1er décembre sur iTélé a souligné que "six mois après la cotation, on est au-dessus du cours d'origine. Cela prouve qu'il y a des investisseurs nouveaux qui nous ont fait confiance".

La Fnac a été introduite en Bourse en juin afin de la faire sortir du giron de Kering (ex-PPR). A la clôture vendredi 29 novembre, le titre atteignait 23,79 euros vendredi, contre une introduction initiale au cours de référence de 22 euros.

Eviter le sort de Virgin et Chapitre

Le patron qui est en train d'opérer une vaste mutation de la Fnac considère cette performance comme un encouragement "à continuer le plan de transformation". "On a déjà fait nos premières preuves, on continue la mutation pour pérenniser la Fnac et l'asseoir comme l'enseigne leader des prochaines années", a déclaré Alexandre Bompard.

La Fnac a entamé sa restructuration il y a deux ans, dans un contexte où la montée en puissance des usages numériques a placé le secteur de la distribution de biens culturels et technologiques en grande difficulté. Le groupe d'Alexandre Bompard tente, par sa transformation, d'éviter le sort de concurrents tels Virgin, placé en liquidation judiciaire, ou les librairies Chapitre, qui s'apprête à déposer le bilan lundi.

Le groupe a notamment modifié son offre commerciale en y introduisant de nouveaux produits comme des jouets pour les enfants et du petit électroménager. En parallèle, la direction a mis en place un important programme d'économies comprenant notamment 180 suppressions de postes en France.

Le résultat de ces manœuvres n'est toutefois pas encore visible dans les résultats financiers de la Fnac qui a encore accusé au troisième trimestre un recul de son chiffre d'affaires de 5%, à 844 millions d'euros. Alexandre Bompard voyait toutefois déjà dans ce bilan des signes de reprise sur BFM Business le 30 octobre.

N.G. et AFP