BFM Business

Rachat de Carrefour par Couche-Tard: Alexandre Bompard critique le véto de Bruno Le Maire

L'argument de la souveraineté alimentaire, brandi par le ministre de l'Economie, tient pour certaines industries mais pas pour la distribution, explique le patron de Carrefour.

Carrefour, enjeu de la souveraineté alimentaire française ? C'était l'argument du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, pour opposer son véto à la tentative de rachat du groupe français par le québécois Couche-Tard.

Ce n'est pourtant pas l'avis d'Alexandre Bompard, PDG de Carrefour, invité sur BFMTV et RMC, ce lundi.

Carrefour "n'est pas une entreprise de souveraineté. Personne ne peut penser que la souveraineté de la France dépend de la grande distribution. L'argument n'est pas le bon" tranche-t-il. "La pharmacie, la défense… ces industries-là sont des industries de souveraineté. Ce n'est pas le cas de la distribution."

Ce rachat était pourtant de nature à contenter les actionnaires de Carrefour. "Quelle est ma responsabilité de PDG de cette entreprise ? C'est de l'analyser. J'aurais été irresponsable de la jeter" explique aujourd'hui Alexandre Bompard.

Mais pris de court par l'opposition du gouvernement, les discussions n'ont pas pu aller plus loin. "L'épisode est derrière nous (..) la page est tournée" explique aujourd'hui Alexandre Bompard.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business