BFM Business

Attentats du 13 novembre: "des rituels collectifs" pour surmonter le drame

-

- - AFP

Après le drame de ce week-end, les Français s'organisent pour surmonter le traumatisme: rassemblements, appels à se rendre dans les bistros. "Il s'agit de transformer un événement négatif en pensée, en mouvement, en énergie", résume une psychologue.

"Je n'ai jamais autant été dans les bars que ce week-end", s'amuse Tessa, 26 ans, au micro d'RMC. Pour elle, il était capital de sortir à nouveau, montrer que la peur ne l'avait pas figée. Et elle n'est pas la seule. Rassemblements spontanés dans tout le pays, appels festifs sur internet: les Français cherchent dans des mouvements collectifs et la défense de leur art de vivre le moyen de surmonter le traumatisme des attentats, inventant "une nouvelle forme de résistance".

"On le constate dans toutes les cultures depuis toujours. Quand un drame touche la communauté, celle-ci organise des rituels collectifs pour en surmonter les conséquences", explique la psychologue Hélène Romano.

Rassemblements, bougies, fleurs

Et malgré l'interdiction de manifestations sur la voie publique jusqu'à jeudi en Ile-de-France, beaucoup de personnes viennent se recueillir place de la République. On y dépose des bougies, des poèmes ou des fleurs.

Des manifestations spontanées qui rappellent celles de janvier, après les attentats contre Charlie Hebdo et l'hypermarché casher, même si elles n'ont pas la même ampleur. Une grande marche républicaine avait alors rassemblé plusieurs millions de personnes en France. "Comme il y a dix mois, il s'agit de transformer un événement négatif en pensée, en mouvement, en énergie", explique la psychologue Michèle Vitry, longtemps en charge de cellules d'urgence.

Pour le sociologue Olivier Galland, les raisons qui motivent ces rassemblements ont changé "parce que les attentats sont de nature différente". "En janvier, ce sont des valeurs fondatrices de la République, la laïcité, la liberté d'expression qui étaient visées. Le message était clair, et les Français avaient voulu manifester leur attachement à ces valeurs en se mobilisant par millions", explique-t-il.

"Cette fois, les terroristes s'attaquent à notre convivialité, à notre art d'être ensemble, le message est plus diffus et la réponse l'est aussi. On ne manifeste pas forcément en masse mais on continue à vivre normalement, c'est une autre façon de se résister", ajoute-t-il.

"Tous au bistro!"

Cette autre forme de riposte s'est largement diffusée sur internet où les appels à sortir, faire la fête et à défendre un mode de vie "à la française" se sont multipliés. Des hashtags #tousaubistrot à #jesuisenterrasse, en passant par #theatrelovelife, lancé par la Comédie-Française, la société répond par un pied de nez aux attaques des jihadistes contre la "capitale de la perversion".

"Ils ont les armes, on les emmerde, on a le champagne!", titre mercredi Charlie Hebdo, tandis que le Canard Enchaîné lance cet appel: "Tous au zinc et sifflez des canons!".

-
- © BFMTV/ A. Le Mer

L'hédonisme tricolore a aussi trouvé d'ardents défenseurs à l'étranger. L'humoriste John Oliver a lancé dimanche à la France sur la chaîne américaine HBO, une ode passionnée, citant pêle-mêle Sartre, Piaf, Camus, le vin, les madeleines, le camembert...

"Si vous voulez vous sentir proche des Parisiens, buvez une bouteille de Bordeaux, mangez un croissant, mettez un béret, fumez une cigarette et mangez des frites", a de son côté déclaré le très populaire animateur de CBS, Stephen Colbert.