BFM Auto

Voitures autonomes, tramway, pistes cyclables… Paris réfléchit à transformer son périphérique

Les véhicules les plus polluants doivent être progressivement interdits dans la Métropole du Grand Paris.

Les véhicules les plus polluants doivent être progressivement interdits dans la Métropole du Grand Paris. - Wikimedia

Un appel à projets international pour "déclasser" le périphérique sera lancé en avril par la mairie de Paris, en association avec le Grand Paris. Des experts des transports, mais aussi des urbanistes et des paysagers vont être réunis pour imaginer le périphérique du futur.

Le périphérique, cette ceinture 100% voiture autour de Paris vit-il ses dernières années? La mairie de Paris souhaite en tout cas travailler à son déclassement pour la faire passer de l'autoroute au boulevard urbain, à l'horizon 2024.

Pour ce faire, un appel à projets international qui réunira urbanistes, paysagistes, experts en transports sera lancé en avril, à l'occasion du salon des maires d'Ile-de-France, a indiqué à l'AFP Jean-Louis Missika, maire-adjoint à l'urbanisme, confirmant une information parue dans Les Echos

"C'est un axe majeur qui ne concerne pas que la Ville de Paris", a souligné l'élu, en indiquant qu'une étude serait ainsi lancée par l'Etat et le Forum métropolitain de réflexion sur la métropole, avec le partenariat de la Ville de Paris et de la Métropole du Grand Paris.

Effacer "cette barrière symbolique"

L'idée "est de transformer le périphérique en boulevard urbain", a ajouté Christophe Najdovski, adjoint EELV aux Transports, en prenant appui sur le déclassement obtenu à Lyon d'un tronçon urbain de l'A6.

Il "faut aujourd'hui poser la question de l'effacement de cette barrière symbolique, physique et mentale", a-t-il ajouté. Cette transformation portée depuis longtemps par les écologistes, avait fait l'objet de "voeux" en conseil de Paris. 

Selon Les Echos, la transformation du périphérique permettrait de préparer l'arrivée des voitures autonomes en leur réservant une voie par exemple. Il pourrait aussi être envisagé de créer des espaces verts, des lignes de tramways ou des pistes cyclables. A l'automne dernier, dans le cadre de son plan climat, la mairie de Paris avait également décidé de lancer une réflexion sur la création d'une voie de covoiturage sur le périphérique.

"Etape par étape, on aura l'apparition de cette voie de covoiturage, pour aller vers des mobilités différentes, ce qui accompagnera ce mouvement allant de la fin du véhicule individuel, vers d'autres formes de mobilités", expliquait alors à BFM Paris Célia Blauel, maire-adjointe chargée du développement durable. 

Un projet qui mettra des "décennies à se concrétiser"

Après l'annonce de l'appel à projets de la mairie, le groupe UDI-Modem a réagi dans un communiqué en estimant que "personne n'est dupe de la tentative de diversion espérée par cet effet d'annonce d'un nouveau grand projet urbain, qui tombe fortuitement au moment où la maire de Paris patauge dans la piétonisation des voies sur berges".

Ce projet, "un des projets urbains les plus ambitieux du XXIe siècle pour Paris et sa métropole", mettra "sans doute des décennies à se concrétiser, au-delà des majorités, des oppositions, et au-delà des frontières traditionnelles, qu'elles soient politiques, territoriales et culturelles" et doit ainsi "être envisagé avec gravité et sérieux, et non comme dérivatif à un débat public municipal qui tourne mal", selon le groupe d'opposition.

Carole Blanchard avec AFP