BFM Auto

Paris: bientôt une écotaxe pour les poids lourds sur le périphérique?

La mairie de Paris n'envisage pas de mettre en place des péages urbains.

La mairie de Paris n'envisage pas de mettre en place des péages urbains. - Philippe Lopez - AFP

Dans le cadre de son Plan Climat adopté lundi, le Conseil de Paris a décidé de lancer une réflexion autour d'une taxation des poids-lourds empruntant le périphérique.

L'écotaxe fera-t-elle son retour par Paris? La municipalité se penche en tout cas sur la question et va lancer une réflexion sur le sujet. Lundi, le Conseil de Paris a adopté à l'unanimité un amendement du groupe Les Républicains visant à instaurer une écotaxe poids-lourds sur le périphérique. 

"Les portiques existent sur le périphérique de Paris. Ils avaient été abandonnés suite à l'abandon de l'écotaxe par le gouvernement. Et de manière très favorable, nous sommes enclins à relancer ce sujet auprès du gouvernement", explique Célia Blauel, adjointe en charge de l'environnement. 

Cette mesure fait partie du Plan Climat de la ville de Paris qui compte 500 mesures pour faire de Paris une ville neutre en carbone. Pour financer ces mesures, les élus Les Républicains ont avancé cette idée de taxe poids-lourd et d'appliquer "le principe de pollueur payeur aux 70.000 poids lourds en transit qui empruntent le périphérique chaque jour".

Valérie Pécresse aussi favorable à ce dispositif

"L'écotaxe permettrait de dégager 18 millions de recettes par an", a défendu Florence Berthout, chef de file des élus LR au Conseil de Paris. "La présidente du Conseil régional (Valérie Pécresse, ndlr) est prête à avancer sur ce type de mesure", a ajouté l'élue d'opposition.

En octobre dernier, Valérie Pécresse se disait favorable à "une écotaxe ou une vignette pour les poids lourds en transit". Ces camions qui ne font que traverser la région représenteraient entre 5 à 10% du trafic selon la présidente de la région et une pollution conséquence.

La mairie de Paris aura toutefois besoin du feu vert de l'Etat. Alors que le précédent gouvernement avait enterré l'écotaxe, la ministre des Transports Elisabeth Borne ne ferme pas la porte à ce système. "Il faut réfléchir à des ressources nouvelles comme, par exemple, trouver une façon de faire payer les poids lourds qui transitent par notre réseau sans participer à son financement", indiquait-elle en septembre. Des mesures en ce sens pourraient figurer dans le projet de loi mobilité prévu pour début 2018.

Carole Blanchard