BFM Business

Voiture électrique: Tesla veut rester le champion de l'autonomie

Vers une Model S à 650 km d'autonomie

Vers une Model S à 650 km d'autonomie - Tesla

Lors de l'assemblée générale des actionnaires de Tesla, Elon Musk a annoncé pour très bientôt une voiture offrant presque 650 km d'autonomie. De quoi convaincre les automobilistes hésitants, notamment aux Etats-Unis, qui redoutent de se retrouver en rade lors de déplacements non urbains.

Une Tesla affichant 400 miles (644 km) d'autonomie, c'est pour bientôt. Lors de l'assemblée générale des actionnaires de Tesla, son patron, Elon Musk, a annoncé que ce cap serait bientôt atteint pour les voitures électriques du constructeur californien.

La Model S de 2012... toujours championne de l'endurance électrique

Cette annonce faisait suite à une présentation du chemin accompli par la marque depuis 2012 et la sortie de la Model S. La berline, toujours commercialisée même si elle a connu de nombreuses modifications depuis son lancement dont un restylage de son design extérieur en 2016, permet en effet à Tesla de s'imposer comme le leader en termes d'autonomie électrique depuis sept ans. 

De 265 miles, soit 426 km (norme américaine EPA) en 2012 pour la version équipée d'une batterie de 85 kWh, la Model S la plus endurante offre actuellement près de 370 miles, soit 600 km d'autonomie. C'est ce qui permet à ce modèle et autres autres véhicules de Tesla de trôner en tête du classement affiché lors de la conférence, avec en guise de petite pique envoyée par Elon Musk aux concurrents, la Model S de 2012, la colonne en orange, qui devance des véhicules bien plus récents: Hyundai Kona, Chevrolet Bolt, Jaguar I-Pace, Nissan Leaf ou encore Audi e-tron. Même le dernier Mercedes EQC (qui n'apparaît pas sur ce graphique mais dans un autre sur l'efficience de la batterie) affiche une autonomie de 415 km (norme WLTP) soit 258 miles, inférieure à la Model S de 2012.

La Model S et les autres modèles de Tesla en tête du classement en termes d'autonomie.
La Model S et les autres modèles de Tesla en tête du classement en termes d'autonomie. © Capture d'écran YouTube

650 km d'autonomie, inutile mais indispensable?

Cette autonomie renforcée est probablement liée aux travaux actuellement en cours pour améliorer les batteries chez Tesla. Déjà en pointe dans ce domaine, la marque veut ainsi conserver son avance pour pouvoir proposer par exemple de nouveaux packs sur ses modèles d'ici à la fin de l'année. Avec donc une Model S à 400 miles d'autonomie en nouvelle voiture la plus endurante chez Tesla.

Mais alors que les autres marques semblent pour le moment distancées, on peut se poser la question de l'utilité d'une telle autonomie. Les Tesla à l'autonomie la plus élevée, combinés au réseau de superchargeurs, les chargeurs réservés aux clients de la marque américaine, permettent déjà de voyager aisément aux Etats-Unis et en Europe par exemple. 

Si le site spécialisé américain Electrek estime que "vous n'avez probablement pas besoin" d'une telle capacité, cette autonomie record pourrait tout de même faire tomber la "crainte de la panne électrique (la fameuse "range anxiety" en anglais). Aux Etats-Unis en particulier, où passer la barre symbolique des 400 miles pourrait en effet convaincre certains conducteurs de voitures thermiques de passer à l'électrique.

En Europe et en France en particulier, ce pari psychologique semble moins évident. La Model S (dans sa version "longue autonomie" à partir de 86.000 euros) affiche en effet déjà une autonomie supérieure à 610 km, qui se révèle donc déjà au-dessus de la barre symbolique des 600 km.

Un seuil psychologique plutôt à 500 km en Europe?

Selon le dernier baromètre de l'Avere, publié en septembre 2018, ce seuil minimal pour vaincre l'angoisse de la panne se situerait même à un niveau en-dessous. Si la distance moyenne réalisée par les Français tous les jours ne dépasse pas les 30 km, 40% des sondés indiquaient qu'ils passeraient à l'électrique si l'autonomie dépassait les 500 km.

Mais comme les modèles les plus endurants sont aussi les plus chers, il y aurait même plutôt intérêt à limiter l'autonomie pour contenir le prix: dans la même enquête Avere, 67% des sondés évoquaient le surcoût par rapport à un modèle thermique comme un obstacle à l'achat.

Pour ceux qui peuvent y mettre le prix, une autonomie aussi importante permettrait tout de même de faciliter les trajets longue distance. Même si les clients Tesla profite du réseau de superchargeurs, un vrai plus dans le contexte actuel, la récente panne géante sur plusieurs réseaux français géré par l'opérateur SPIE pendant le week-end de la Pentecôte plaide toutefois pour disposer d'une certaine marge supplémentaire en cas de "blackout" général.

Julien Bonnet