BFM Business

Tesla, Renault, BMW... ces constructeurs qui produisent en Chine pour le marché européen

Tesla a commencé à planifier la livraison vers l'Europe de ses Model 3 produites dans son usine de Shanghai. Ces importations depuis la Chine se développent ces dernières années dans l'automobile.

Les premières Tesla chinoises bientôt sur les routes européennes? L'information avait été évoquée par plusieurs médias, avant d'être confirmée par la marque américaine spécialisée dans les véhicules 100% électriques. Tesla va bien commencer à exporter des modèles produits dans sa nouvelle usine de Shanghai avant la fin du mois, indique un communiqué transmis à l'AFP ce mardi 20 octobre.

Quelques jours plus tôt, la rumeur démarrait avec des bons de commandes diffusés par des clients français et allemands. Le site spécialisé Electrek a par exemple repéré celui mis en ligne par Green Drive, un vendeur d'accessoires pour les véhicules Tesla.

Sur le bon de commande d'un client français, on peut en effet lire la mention "Model 3 - China". Contacté, Tesla France ne confirmait pas l'information qui traduisait tout de même un changement important dans la stratégie de la marque californienne. L'usine chinoise inaugurée début 2020 à Shanghai était en effet destinée à ne fournir que le marché local.

Une batterie sans cobalt avec un peu plus d'autonomie

Difficile toutefois de distinguer ces Tesla chinoises, vendues en version "Standard Range Plus" ou "Autonomie Standard Plus" (SR+). La principale différence se situe au niveau du bloc batterie. La Model 3 chinoise utiliserait en effet une nouvelle technologie sans cobalt, lui permettant notamment de réduire son coût de fabrication.

Une différence de technologies qu'on retrouve dans l'autonomie estimée: la Model 3 produite dans l'usine californienne de Fremont offre 430 kilomètres d'autonomie, c'est 10 de plus pour la version chinoise.

Des Tesla chinoises déjà en rupture de stock

Sur son site officiel, Tesla permet de configurer sa voiture afin qu'elle dispose des options de son choix lors de sa fabrication. Sur la fameuse version "SR+" en question, les livraisons sont actuellement prévues pour février 2021. Or, pour les plus pressés, Tesla renvoie vers une "sélection de véhicules disponibles", des véhicules déjà produits, neufs ou d'occasion, qui n'attendent qu'un heureux propriétaire.

Dans sa communication récente revenant sur ces "nouvelles" Model 3, Tesla Fance précisait en effet qu'une "sélection de Model 3 Autonomie Standard Plus 2020 était disponible pour une livraison immédiate". La marque précisait que "ces véhicules bénéficient d’un ajustement tarifaire de 2000 euros par rapport à une configuration personnalisée attendue pour février 2021".

L'opération a visiblement séduit les amateurs puisqu'il n'y avait plus de "Tesla chinoises" disponibles ce lundi 19 octobre en début d'après-midi. Le matin, quelques modèles étaient encore proposés, comme on peut le voir avec une capture d'écran réalisée par le site Numerama.

D'autres exemples récents

Comme il s'agissait d'un stock a priori assez limité de véhicules et que Tesla refusait de commenter les rumeurs, il était un brin hasardeux d'en tirer des conclusions sur une potentielle évolution de sa stratégie de production et de distribution.

Pourtant, la filiale chinoise de Tesla avait bien fini par confirmer qu’elle allait commencer à produire des véhicules destinés à l’Europe à partir de la fin du mois, notait lundi en fin de journée un article d'Automotive News.

Ces premières Model 3 "officiellement" livrées en Europe laissent ainsi envisager le scénario industriel suivant: Tesla pourrait concentrer son usine californienne de Fremont à la production du Model Y, son petit SUV sur base de Model 3 appelé à connaître un grand succès, et de Model 3 destinés au public américain.

L'usine de Shanghai devrait donc permettre de répondre à la demande européenne en attendant la fin de la construction de l'usine de Berlin (Allemagne), qui doit être opérationnelle en 2022.

En Europe, cette stratégie pourrait être envisagée dans le sens où la marque n'a jamais vraiment misé sur le côté "Made in USA". Dans l'Amérique de Donald Trump, une Tesla "made in China" pourrait davantage faire scandale. General Motors avait toutefois lancé le mouvement en 2016 avec la production de son SUV Envision de la marque Buick mais ce serait encore aujourd'hui un des rares exemples de ce type.

BMW importe son iX3 de Chine

L'Europe voit aussi certains constructeurs importer des véhicules produits en Chine. C'est notamment le cas de BMW, qui a choisi de produire son iX3, la version 100% électrique de son X3, en Chine. Les livraisons en Europe devraient démarrer courant 2021.

On peut également citer la Dacia Spring, qui sera à la fois la première voiture 100% électrique du label roumain de Renault et sa première voiture assemblée en Chine. Elle repose en effet sur la base du K-ZE, un petit SUV vendu depuis 2019 sur ce marché. La version européenne vient d'être confirmée pour un lancement l'an prochain en Europe par le nouveau patron du groupe Renault, Luca de Meo.

Autre exemple: en 2017, Volvo, qui appartient au groupe chinois Geely, avait également lancé l'importation de berlines S90 "made in China" en Europe. Polestar, sa marque haut de gamme 100% électrique, produira aussi en Chine.

Le fait de produire en Chine ne semble donc plus vraiment associé à une image dégradée, évoquant des soucis concernant la qualité des produits finis. Les constructeurs automobiles pourraient ainsi suivre l'exemple d'un géant dans un autre domaine d'activité: Apple, et son célèbre "Designed by Apple in California. Assembled in China" (traduction "Conçu par Apple en Californie. Assemblé en Chine"), qu'on retrouvait en particulier au dos de ses iPhone.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto