BFM Business

Qu'est-ce que Mobilize, la nouvelle marque de mobilité du groupe Renault?

La nouvelle entité du groupe Renault doit amorçer la transition vers une mobilité à la carte et dépasser les frontières traditionnelles de l'automobile. Une activité qui ne se résumera pas seulement à l'autopartage.

Renault veut changer de dimension. Lors de la présentation du plan stratégique "Renaulution", Luca de Meo, a dévoilé une nouvelle organisation des marques du groupe français.

Un outil pour passer de la propriété à l'usage

Renault bien sûr, mais aussi Dacia/Lada dans le low-cost et Alpine dans une philosophie plus sportive. Mais sur le slide derrière le directeur général de Renault, une nouvelle entité englobe ces trois marques.

Luca De Meo mise sur les marques, et veut leur donner des identités fortes.
Luca De Meo mise sur les marques, et veut leur donner des identités fortes. © Renault

Baptisée Mobilize (à prononcer à l'anglaise), elle vise à acter la transformation de Renault de "simple" constructeur automobile à "fournisseur de mobilités". Une démarche qu'on retrouve chez les autres grands groupes automobiles comme chez PSA et sa filiale Free2Move, en cherchant à offrir une solution pour se déplacer, en particulier à ceux qui ne veulent plus acheter de véhicules.

"Mobilize réunit les activités du groupe Renault en matière de solutions de mobilité, d’énergie et de données et met à profit l’expertise de RCI Bank and Services en termes de financement et d’outils de gestion et d’optimisation des flottes", résume le groupe français dans son communiqué.

"On accepte l'idée que le monde de l'automobile et de la mobilité va changer. Il faut qu'on se prépare à créer une entreprise, qui est aujourd'hui un producteur de véhicules qui intègre de la technologie, à devenir une boîte tech qui intègre des véhicules. Il faut pivoter", a résumé ce vendredi Luca de Meo sur BFM Business.

20% du chiffre d'affaires de Renault en 2025

Pas question de jouer les expérimentations sans garanties de résultats: Mobilize a pour ambition de générer 20% du chiffre d'affaires de Renault d'ici à 2025. C'est d'ailleurs Clotilde Delbos, directrice financière du groupe, qui prend en charge cette unité.

Ce jeudi, elle a présenté les trois défis majeurs auxquels doit répondre Mobilize. Tout d'abord, "réduire l'écart de coût entre l'utilisation et celui d’un véhicule à l’heure où les voitures sont inutilisées 90 % du temps". Mais aussi "améliorer la valeur résiduelle pour éviter que la valeur d'un véhicule neuf ne soit divisée par deux après trois ans" et "contribuer à l'objectif de zéro empreinte CO2".

Pas seulement de l'autopartage

Quatre véhicules électriques ont été présentés pour évoquer différents usages, de l'autopartage et du leasing avec un successeur au Twizy et la Dacia Spring, une berline optimisée pour les usages de type VTC et un véhicule optimisé pour la livraison du dernier kilomètre.

Clotilde Delbos, directrice financière du groupe Renault, prend en charge la divison Mobilize dédiée aux nouvelles mobilités.
Clotilde Delbos, directrice financière du groupe Renault, prend en charge la divison Mobilize dédiée aux nouvelles mobilités. © Renault

Mobilize compte notamment jouer sur l'augmentation de la durée de vie des véhicules, en mettant à contribution la future Re-Factory de Flins et sa capacité de recyclage des véhicules et de leurs batteries, mais aussi sur l'appui des services financiers de RCI Bank, pour les offres de leasing par exemple.

"Ne réduisez pas le business des nouvelles mobilités à l'autopartage, il faut ajouter l'énergie et le big data", a répondu Luca de Meo à un journaliste lors de la session de questions réponses.

Alors que l'autopartage est encore à la recherche d'un modèle économique, les enjeux évoqués par le directeur général de Renault recouvriraient en effet un véritable potentiel de revenus.

"Les services de mobilité, d'énergie et de données, augmenteront de 40% entre 2019 et 2030 pour représenter un marché de 370 milliards d'euros, rien qu'en Europe", a expliqué Clotilde Delbos.
https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto