BFM Business

Luca de Meo : Renault doit "devenir une boîte tech qui intègre des véhicules"

Le directeur général de Renault, Luca de Meo, était invité sur le plateau de Good Morning Business, ce vendredi, pour présenter le plan qu'il engage pour la marque au losange.

Le virage s'annonce majeur pour Renault. Le directeur général de la marque au losange était invité sur le plateau de Good Morning Business, sur BFM Business, au lendemain de la présentation de son plan stratégique.

Renault est à la peine depuis l'arrestation de Carlos Ghosn et la crise sanitaire. En parallèle, l'américain Tesla atteint des sommets en Bourse. Une performance "assez impressionnante" reconnaît Luca de Meo. "Mais elle n'est pas considérée comme une boîte automobile. Cela va au-delà, c'est une boîte d'énergie, une boite technologique donc elle rentre dans un autre cadre. Mais ils ont fait un travail extraordinaire et peut-être qu'ils méritent ce succès."

"Le monde de l'automobile va changer"

Renault devra d'ailleurs s'en inspirer pour assurer son avenir et devenir un acteur de la mobilité. Cela fait "justement une partie du plan" poursuit Luca de Meo.

"On accepte l'idée que le monde de l'automobile et de la mobilité va changer. Il faut qu'on se prépare à créer une entreprise, qui est aujourd'hui un producteur de véhicules qui intègre de la technologie, à devenir une boîte tech qui intègre des véhicules. Il faut pivoter" assure-t-il.

Il faudra donc manoeuvrer serré pour éviter d'être débordé par les GAFA. "Le data, le cloud, l'électronique… il y a beaucoup de choses à faire" explique Luca de Meo qui a annoncé la création de "Software République", un écosystème avec Orange, Atos, Dassault Systèmes et STMicroElectronics pour développer de la technologie.

"On va participer à la fête"

"On a une entreprise qui a 122 ans, c'est vrai, mais il ne faut pas sous-estimer la capacité de réinvention qu'a l'industrie automobile" prévient l'Italien. "C'est pour cela qu'on est là depuis plus de cent ans. Le rôle de l'automobile n'a jamais été d'être le premier sur certaines technologies mais quand on arrive dans le jeu, il y a deux choses qui se passent : on est capable de réduire les coûts (…) et on rend les technologies solides. On est toujours critiqué au début mais après l'automobile a un rôle très important dans l'innovation."

Reste à savoir si les constructeurs historiques parviendront à résister à Google et Apple qui préparent des véhicules autonomes. "Je ne pense pas que les grandes boîtes technologiques sont intéressées à construire un véhicule" juge, de son côté, Luca de Meo. "C'est justement ce qui nous donne le droit de s'assoir à la table, c’est qu'on et capable de construire un véhicule." Et d'assurer: "On va participer à la fête et peut-être on pourra prendre un morceau du gâteau. "

Thomas Leroy Journaliste BFM Business