BFM Auto

Pourquoi les Français traversent plus au rouge que les Japonais

En cas de feu rouge, le comportement des piétons français est bien différent de celui des Japonais.

En cas de feu rouge, le comportement des piétons français est bien différent de celui des Japonais. - Pixabay c.c.

Des scientifiques français ont comparé la façon de traverser à Strasbourg et à Nagoya, au Japon. Conclusion: les comportements diffèrent en fonction de la culture et surtout de la pression sociale.

Quand les clichés sont confortés par la science. Alors que l'avenir des feux rouges est en question dans les grandes villes, une étude publiée ce mercredi 15 février montre qu'en présence d'autres piétons, les Français n'hésitent pas à traverser au rouge alors que les Japonais y sont très peu enclins.

Les Strasbourgeois en roue libre au passage piéton

Une équipe française de scientifiques a décortiqué le comportement de piétons à Strasbourg (en trois endroits) et à Nagoya (en quatre endroits), soit un total de 5.445 traversées de la chaussée. Résultat: en présence d'autres piétons, 41,9% des Français avaient traversé au rouge, contre seulement 2,1% des Japonais.

"C'est vraiment la culture qui est différente, la pression sociale. Ce n'est pas parce que la crainte d'avoir un PV serait plus importante au Japon qu'en France. C'est parce que les gens ont peur de la réaction des autres personnes", a expliqué à l'AFP Cédric Sueur, biologiste du CNRS à l'Université de Strasbourg et co-auteur de l'étude.

Sans témoin, encore plus de comportements à risque

En 2013, l'équipe de chercheurs, menée par Marie Pelé, spécialiste du comportement animal et humain, s'était déjà penchée sur la façon de traverser des Français et des Japonais, mais lorsqu'ils se trouvaient seuls au passage piéton. Au feu rouge, 67% des piétons français traversaient contre 6,9% au Japon.

"En présence d'autres personnes, la pression sociale joue dans les deux pays mais elle est beaucoup plus importante au Japon qu'en France", souligne Cédric Sueur. Les infractions baissent de 70% côté japonais et de 37% seulement côté français.

"Le côté libre" des Français

"Le Français est moins dans le respect des règles. C'est son côté libre. Du coup il décide de traverser quand il en a envie". Quitte à prendre des risques. "En France, on se soucie peu du regard social", ajoute Cédric Sueur.

Dans les deux pays, les hommes prennent plus de risques que les femmes quand il s'agit de traverser et ils se décident plus vite: 40,6% commettent des infractions contre 25,7% de femmes, "plus prudentes et plus respectueuses des règles", selon le biologiste. "Mais la différence entre les genres est nettement plus accentuée en France qu'au Japon", dit Cédric Sueur.

Les Français habitués aux comportements à risque

L'étude souligne aussi que "de façon surprenante", le nombre d'accidents de la route impliquant des piétons n'est "pas très différent" en France et au Japon. "C'est peut-être parce que les conducteurs français savent qu'ils doivent faire davantage attention, les piétons étant imprévisibles. Au Japon, il y a moins de comportements à risques, du coup ils y sont moins préparés", avance Cédric Sueur. 

A noter que traverser au vert peut aussi être risqué. C'est notamment le cas à Marseille (Bouches-du-Rhône), ville sacrée championne de France du feu rouge grillé l'an dernier, où il faut donc quand même bien regarder de chaque côté quelle que soit la couleur du feu!

Pour réduire le nombre de traversées illicites (mais a-t-on vraiment envie de renier notre "culture"?), l'étude suggère par exemple d'installer des signaux sonores aux carrefours pour rappeler aux piétons que le feu est rouge même si d'autres personnes sont déjà en train de traverser. 

Julien Bonnet, avec AFP