BFM Business

Les Français aiment faire du vélo mais méconnaissent les règles de sécurité

Si 29% des Français feront du vélo cet été, peu connaissent les règles du code de la route qui s'appliquent aux cyclistes.

Si 29% des Français feront du vélo cet été, peu connaissent les règles du code de la route qui s'appliquent aux cyclistes. - Ludovic Marin AFP

Une étude de l'association Prévention Routière indique que 29% des Français vont se déplacer à vélo pendant les vacances. Mais, automobilistes comme cyclistes, ils sont peu nombreux à maîtriser les règles élémentaires pour circuler en toute sécurité.

Si le vélo est en train de conquérir la ville et les trajets domicile-travail, il reste aussi un moyen de transport idéal pour les vacances. 29% des Français indiquent en effet qu'ils utiliseront une bicyclette, même occasionnellement, au cours de l'été, indique une enquête de la Prévention Routière, une association qui regroupe les assureurs automobiles.

Et pour cause, le vélo est en bonne place dans la liste des objets emportés par les Français sur la route des vacances. D'après une étude récente réalisée par l'institut Ipsos pour Norauto, 41% des automobilistes en emportent au moins un avec eux. 

Mettre fin à des étés meurtriers pour les cyclistes

Mais l'association Prévention Routière a également voulu vérifier si les Français maîtrisaient les principales règles du Code la Route concernant la sécurité des cyclistes. Les questions tournaient autour de trois thèmes principaux: l'espace de sécurité à respecter lors d'un dépassement, le dépassement d'un cycliste en cas de ligne continue et l'autorisation pour les cyclistes à remonter les voies à sens uniques ou à passer au feu rouge.

Et le résultat n'est pas vraiment rassurant: seules 6% des personnes interrogées ont fait un sans-faute, et la proportion grimpe seulement à 9% pour ceux qui se présentent comme des "cyclistes de l'été". 

"Le vélo reste statistiquement moins dangereux que la moto mais l'évolution du nombre de morts ces dernières années est particulièrement inquiétante", souligne Christophe Ramond, directeur des études et recherches à la Prévention routière.

Sur la période 2013-2017, le nombre de cyclistes tués sur les routes de France a progressé de 18% (173 morts l'an dernier) avec la période estivale qui s'impose comme la plus accidentogène.

Des règles à rappeler pour tous

Entre des cyclistes occasionnels ne maîtrisant pas forcément les règles spécifiques et des automobilistes pas forcément habitués à cohabiter avec les vélos, l'association tient ainsi à mettre fin à ces étés meurtriers.

"Même si dans les grandes villes comme Paris, les automobilistes sont de plus en plus habitués à partager la route avec des cyclistes, ce n'est pas forcément le cas de tous les automobilistes qui peuvent être surpris face à des aménagements urbains récents et des évolutions récentes du code de la route lorsqu'ils circulent sur leur lieu de vacances", précise Christophe Ramond.

Depuis juillet 2015, il est par exemple possible pour un automobiliste de chevaucher une ligne continue afin de dépasser un cycliste, une mesure qui vise à éviter des dépassements trop rapprochés avec la distance de sécurité à respecter de 1 mètre en ville et 1,5 mètre hors agglomération. Seulement 24% des personnes interrogées connaissaient cette possibilité. 

Même constat pour le franchissement de feu rouge, autorisé pour les cyclistes en présence d'une signalisation spécifique (un petit panneau triangulaire indiquant la possibilité de passer tout en cédant le passage aux piétons qui traversent ou aux automobilistes engagés dans le carrefour par exemple): seulement 37% des Français connaissaient cet aménagement du Code de la route. 

Pour l'association, cette étude doit permettre de sensibiliser le grand public sur ce thème de la cohabitation cyclistes-automobilistes. Elle s'accompagnera d'une campagne sur les réseaux sociaux et, à partir de la rentrée, d'ateliers spécifiques dans les écoles où elles organisent des missions pédagogiques. La mise en place d'aménagements spécifiques fait également partie des critères pour l'attribution du label "ville prudente", récompensant les villes championnes de la sécurité routière.

*Enquête effectuée en juillet 2018 auprès d'un échantillon de 1013 individus représentatif de la population française

Julien Bonnet