BFM Auto

Ile-de-France: vers la fin du diesel en 2025 en petite couronne

L'Ile-de-France s'achemine vers la fin du diesel.

L'Ile-de-France s'achemine vers la fin du diesel. - Anthony Devlin / AFP

L'Ile-de-France se fixe comme objectif une sortie du diesel en 2025 en petite couronne puis en 2030 pour l'intégralité du territoire francilien. Pour y parvenir, la présidente de la région Valérie Pécresse demande au gouvernement la création d'une prime à la casse.

Après Paris, qui s'oriente vers la fin du diesel en 2024, la région Ile-de-France se donne aussi un cap. Jeudi, Valérie Pécresse la présidente de la région a dévoilé sa stratégie énergétique pour l'Ile-de-France et annoncé plusieurs dates qui signent la fin des véhicules diesel en région parisienne.

Le premier objectif est de sortir du diesel en 2025 en petite couronne, dans un périmètre défini par l'A86. Cette interdiction des véhicules diesel devrait ensuite se poursuivre à l'échelle de la région en 2030. Les Franciliens vont donc devoir s'adapter et abandonner leurs véhicules diesel.

"Une aide au remplacement des véhicules polluants" demanée

Dans Le Parisien, Valérie Pécresse explique souhaiter éviter "que cela ait des conséquences sociales très douloureuses, surtout pour les plus défavorisés" et réclame l'appui de l'Etat pour aider notamment les automobilistes qui se situent "dans les zones à plus faible niveau de vie, en Seine-Saint-Denis ou en Seine-et-Marne". 

"Cette sortie du diesel n'est possible que si elle s'accompagne de la mise en place d'une vraie prime à la casse gouvernementale (...). J'en appelle au gouvernement pour qu'il mette en place une aide au remplacement des véhicules polluants en Ile-de-France", plaide-t-elle. 

L’actuelle prime à la conversion est en effet critiquée pour ne concerner qu’un faible nombre de véhicules, des voitures très anciennes (immatriculées avant 2001 pour les diesel et avant 1997 pour les essence) et de favoriser les ventes de voitures, certes récentes, mais équipées de moteurs diesel.

La fin du moteur thermique en 2040

Après le diesel, la région prendra ensuite le chemin du zéro moteur thermique dans la petite couronne en 2030, s'alignant ainsi sur la mairie de Paris qui s'est fixée la même échéance. Cette sortie de la motorisation thermique se poursuivra d'ici 2040 à l'ensemble du territoire de l'Ile-de-France. 

Même si Valérie Pécresse rejoint les orientations de la mairie de Paris sur la place de la voiture polluante, la présidente de la région revendique ses divergences avec Anne Hidalgo.

"Il y a une vraie différence, aujourd'hui, entre la Ville de Paris et la région: nous, nous ne diabolisons ni la route, ni la voiture", tacle Valérie Pécresse. 

De son côté, Anne Hidalgo s'est dite "heureuse" sur Twitter que "la Région Ile-de-France rejoigne à son tour l'objectif fixé par la Ville de Paris". 

Lors de l'annonce de la fin des véhicules thermiques à Paris fin 2017, la mairie de Paris s'était défendue de mettre en place "une mesure anti-automobile" mais une mesure visant "à organiser la transition énergétique".

A Paris ou à la région, la fin des véhicules polluants s'inscrit à chaque fois dans des plans plus larges de réduction de la consommation énergétique (à travers le logement, le développement des énergies renouvelables etc). Chacune de leur côté, les deux collectivités ont fixé un autre objectif identique: celui de parvenir à la neutralité carbone en 2050.

Carole Blanchard