BFM Business

Fin d'Autolib': Paris, futur désert de la recharge électrique?

Cette Zoé bientôt privée de biberon Autolib?

Cette Zoé bientôt privée de biberon Autolib? - DR

L’arrêt du service d’autopartage Autolib’ à Paris pourrait laisser un vide en termes de capacité de recharge. Les bornes seront bien réutilisées, mais la transition pourrait prendre près de 6 mois, privant les utilisateurs de véhicules électriques du réseau le plus dense pour se charger en Ile-de-France.

Que vont devenir les milliers de stations Autolib' réparties dans toute l’Ile-de-France? C’est une des principales questions que pose en effet l’arrêt du service d’autopartage dans la première région de France.

En plus des Autolib', les nombreuses bornes du réseau (qui représentent plus de 70% des bornes disponibles en Ile-de-France) peuvent aussi être utilisées pour recharger un véhicule électrique ou hybride rechargeable particulier. Plutôt pratique pour un conducteur qui souhaitait passer à l’électrique, mais sans forcément avoir une place de parking avec recharge possible à domicile et au travail. Avec les 150.000 abonnés franciliens à Autolib', on estime à environ un millier le nombre de particuliers qui avaient opté pour cette solution.

Se recharger sur les bornes Autolib', via un abonnement

Ce lundi 25 juin, Autolib' a annoncé l'extinction progressive de son service jusqu'au 31 juillet prochain. Dans ce contexte, le site officiel présente une page d’erreur lorsque l’on souhaite consulter l’offre de recharge pour les particuliers et les professionnels. Les tarifs sont toujours disponibles "en cache": l'occasion de vérifier que les titulaires d’un badge pouvaient également profiter des autres avantages d’Autolib' comme la réservation de place à l’avance, un vrai luxe dans la capitale.

Seul problème, ce réseau est actuellement uniquement exploité par le groupe Bolloré, avec une carte dédiée à cette utilisation. Une carte de recharge multi-réseaux comme le "Chargemap pass", utilisable par exemple sur les bornes Corri-door sur les autoroutes françaises ou Belib à Paris, n’est ainsi pas compatible (pour le moment) avec le réseau Autolib'. Mais avec la fin d'Autolib', les propriétaires ou les autres utilisateurs de voitures électriques de service ne pourront peut-être bientôt plus recharger aussi facilement. 

Suspension du service pendant au moins 6 mois

Dans un communiqué diffusé la semaine dernière, la Mairie de Paris évoque en effet le sort de ces bornes et des emplacements de stationnement associés.

"Les 3.244 places de stationnement qui sont actuellement dévolues à Autolib’ seront dédiées à terme aux Parisiens et aux Franciliens propriétaires d’un véhicule électrique ou utilisant un véhicule électrique en autopartage, à titre personnel ou professionnel. Ce stationnement sera gratuit, dans la limite de six heures consécutives. Cette mesure entrera en vigueur à l’arrêt du service Autolib'."

Si les conducteurs de voitures électriques pourront donc toujours se garer sur ces places désertées par les Autolib', il ne devrait en revanche pas être possible de continuer à s’y charger pendant un certain temps.

Dans ce même communiqué, la Mairie de Paris évoque en effet sa volonté de réutiliser le réseau de recharge Autolib'... mais pas avant début 2019. La date de l’arrêt d'Autolib' reste floue: le service de recharge pour les véhicules particuliers pourrait s'arrêter dès le 2 juillet ou perdurer jusqu’à la fin du mois.

Résultat: 6 mois sans ces bornes pour recharger. Les alternatives restent alors très minces. Le réseau Belib, lancé par la mairie de Paris en 2016 pour justement renforcer l’accès à une solution de recharge, présenterait en effet encore quelques points faibles. Dont le nombre de bornes : face à 1.058 stations Autolib', Belib ne propose que 86 stations. Ces stations ne sont par ailleurs pas présentes en petite couronne.

Douze fois moins de stations de recharge

"Cela reste compliqué de se recharger à Paris: le réseau Belib n’offre pas encore une très bonne qualité de service", explique Yoann Nussbaumer, fondateur de Chargemap, application et site de référence pour trouver une borne de recharge et dont la communauté d’utilisateurs fait ainsi souvent remonter des problèmes rencontrer pour pouvoir se charger.

Autre problème : un accès trop restreint. La carte multi-réseau "Chargemap pass", pourtant compatible avec Belib, ne permet par exemple pas de profiter de la charge gratuite la nuit alors qu’elle est proposée aux titulaires d’un badge Belib. Résultat: une facturation qui atteint rapidement les 16 euros de l’heure, incompatible avec une recharge de nuit.

Un manque de fiabilité?

"Si le tarif pouvait être élevé, le réseau Autolib' était plutôt fiable, poursuit Yoann Nussbaumer, qui espère voir une meilleure solution émerger. La fin du contrat avec Bolloré sera l'occasion de prendre enfin au sérieux cette problématique de la recharge, essentielle au développement du véhicule électrique."

Alors que Paris prévoit d'interdire les véhicules diesel en 2024 et de n'autoriser que des véhicules électrifiés (voitures 100% électriques et hybrides) à circuler dans la capitale à partir de 2030, il semble en effet essentiel d'offrir une infrastructure de recharge performante pour préparer cette transition. 

Julien Bonnet